altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 septembre 2019

Second concert du " Marathon Beethoven " du Festpielhaus de Baden Baden.

Eschenbach vainqueur
au chant de bataille

© Eric Sebbag

Christoph Eschenbach (© Eric Sebbag)

Pour ce second concert du "¬†Marathon Beethoven¬†" au Festspielhaus de Baden-Baden, c'√©tait au tour de Christoph Eschenbach de donner sa lecture des 4e et 3e symphonies du ma√ģtre de Bonn. L'une d'elle est surnomm√©e "¬†H√©ro√Įque¬†", une qualit√© indispensable pour remporter un marathon
ou une guerre.

 

Festpielhaus, Baden-Baden
Le 18/01/2002
Pierre BREINER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Vieux pr√™tre d‚ÄôIsra√ęl

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s‚Äôen va‚Ķ

  • Salzbourg 2019 (7) : Diablement dr√īle

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Apr√®s les visions fines et les quelques foudres de Charles Mackerras, chacun s'attendait √† un esprit tr√®s diff√©rent pour les 4e et 3e symphonies qui appellent presque automatiquement un style beaucoup plus " sanguin ".

    Pourtant, Christoph Eschenbach est entr√© avec beaucoup de douceur dans cette quatri√®me initiale, rendant l'introduction empreinte de myst√®re avec une palette tr√®s nuanc√©e, mais sans omettre par la suite de d√©cha√ģner les cordes pour une transition fi√©vreuse vers l'Allegro.

    Précision des attaques, sonorités pleines et amples, rien ne manque manifestement à ce Philharmonique de Londres qui, le soir précédent, s'était fait si léger et agile pour Mackerras. D'une violence sèche, un Eschenbach héros des grands jours pourfend un ennemi invisible de sa baguette
    non sans succès.

    Mais il sait aussi s'apaiser le temps d'un deuxième mouvement dont la sérénité est de nature à refermer toutes les plaies. Lesquelles n'allaient pas manquer de se rouvrir dans les deux derniers mouvements, relus avec la même vigueur belliqueuse que précédemment.

    D√®s lors, on pouvait s'attendre √† une bataille gagn√©e d'avance pour l'Ero√Įca. Mais loin des acquis (et parfois des exc√®s) de la musicologie beethov√©nienne depuis quinze ans, Eschenbach se place r√©solument dans une perspective grandiose et tr√®s " cin√©mascope " de l'oeuvre.

    D√®s les forte initiaux, cette 3e symphonie sonne comme une v√©ritable d√©claration de guerre. Une guerre moderne qui lutte pour l'av√®nement d'un monde nouveau. Une lutte arm√©e o√Ļ les archets volent plus vite que des supersoniques, o√Ļ les bois sont aussi inqui√©tants que le bruit des missiles qui menacent de s'abattre, et o√Ļ les cuivres bombardent avec une pr√©cision ballistique rare au chant de bataille.

    Bref, devant des symphonies jouées de si bonne guerre, il était difficile de ne pas rendre les armes.




    Festpielhaus, Baden-Baden
    Le 18/01/2002
    Pierre BREINER

    Second concert du " Marathon Beethoven " du Festpielhaus de Baden Baden.
    London Philharmonic Orchestra
    Direction : Christoph Eschenbach

    Beethoven : Symphonies n¬į 4 et 3 dite " Ero√Įca "

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com