altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 septembre 2019

Création du troisième concerto de Fazil Say avec l'Orchestre National de France sous la direction d'Eliahu Inbal.

Rythme & Blues
© Eric Sebbag

On connaît le Fazil Say trublion endiablé du piano qui n'hésite pas à décaper Bach, Mozart ou Gershwin, on sait le pianiste amoureux de jazz et n'hésitant pas à marier ce dernier avec ses influences turques, mais on connaît encore mal ses propres compositions. Lacune en partie réparée avec la création de son 3e concerto début janvier.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 13/01/2002
Isabelle APOSTOLOS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Originaire de Turquie (il a suivi ses Ă©tudes de piano et de composition Ă  Ankara), vivant actuellement Ă  New-York,Fazil Say compose comme il joue, comme un homme libre qui a dĂ©cidĂ© une fois pour toutes de dĂ©cloisonner les musiques et les genres.

    Rien de révolutionnaire dans l'écriture de son nouveau concerto, pourtant, on est frappé d'entrée par la diversité des références musicales et culturelles (musique tonale, jazz, folklore turc, musique tribale, écriture dodécaphonique, musique pour piano préparé
    ), et surtout par le fait qu'elles puissent cohabiter sans gĂŞne.

    Dès les premières notes du mouvement initial (Silence of Anatolia), l'Ă©nergie se dĂ©gageant d'un style qui semble quasi-improvisĂ© happe l'attention. Ici un rythme Ă  connotation ethnique s'accroche au tympan et ne lâche plus, lĂ  un brusque chavirement altère le sens de l'orientation musical. Orient ou occident ? On ne sait plus, on s'en moque d'ailleurs.

    Beaucoup plus violent, le second mouvement (Obstinacy) surgit comme une menace. L'atmosphère va cependant s'apaiser pour laisser place à d'amples mélopées ou la pulsation reste néanmoins motrice. Le 3e mouvement (Ballad) est carrément lyrique, exalté et franchement romantique.

    Quant au dernier mouvement (Elegy), les Ă©vènements du 11 septembre ont poussĂ© ce new-yorkais d'adoption Ă  modifier ses intentions initiales pour laisser place Ă  l'amertume. Le paysage est dĂ©solĂ©. L'harmonie du premier mouvement n'a-t-elle Ă©tĂ© qu'un rĂŞve ? Pour cette crĂ©ation, Eliahu Inbal et l'Orchestre National de France se sont montrĂ©s des partenaires toujours solides.

    À l'instar des deux précédents, ce concerto constitue une vaste apologie du rythme. En conséquence, on ne peut que louer la performance des percussionnistes pour leur manière quasi chorégraphique de le faire vivre.

    Deux symphonies complĂ©taient le programme : la première de Prokofiev et la dixième de Chostakovitch.

    PlacĂ©e en dĂ©but de concert, Prokofiev a connu un National brouillon qui n'avait pas encore trouvĂ© ses marques. Le premier mouvement a rĂ©vĂ©lĂ© quelques insuffisances quant Ă  la justesse et Ă  la fusion des timbres. Il parut Ă©galement Ă©triquĂ© et sans grandeur. Le Larghetto suivant ne s'est pas rĂ©vĂ©lĂ© plus convaincant, si ce n'est tardivement dans le pianissimo conclusif ; le temps pour le National de se rassembler dans un Molto vivace enfin percutant et bien rĂ©glĂ©.

    La dixième de Chostakovich est une oeuvre sombre, tragique, qui brosse un miroir gonflé de notes déchirées et de silences reflétant l'enfer d'un peuple sous le joug stalinien. Comme s'il y avait lui-même été confronté, Inbal a su retrouver le caractère tragique et désespéré de cette oeuvre, sans jamais perdre le fil de cette grande fresque où les vents distillent tant de belles couleurs moroses.

    Entre Fazil Say et l'affliction conjuguée (voire jumelle) de New-York et Moscou, Paris a connu un véritable concert de rythme & blues.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 13/01/2002
    Isabelle APOSTOLOS

    Création du troisième concerto de Fazil Say avec l'Orchestre National de France sous la direction d'Eliahu Inbal.
    Serguei Prokofiev : Symphonie n° 1
    Fazil Say : Concerto pour piano n° 3 (crĂ©ation)
    Dimitri Chostakovitch : Symphonie n° 10

    Orchestre National de France,
    Direction : Eliahu Inbal
    Fazil Say, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com