altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 06 décembre 2021

L'Argia, Opéra en trois actes d'Antonio Cesti

Le rire et les larmes selon René Jacobs

René Jacobs

Dans le droit-fil du père fondateur Monteverdi - la touche géniale en moins -, l'oeuvre lyrique d'Antonio Cesti vaut l'exhumation à condition d'être confiée à une équipe experte, au plan musical comme scénique.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 21/10/1999
Roger TELLART
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Voyage dans la nuit

  • Technicolor franco-russe

  • Le triomphe de Morgana

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pari tenu avec cette Argia que Paris vient de dĂ©couvrir dans sa fastueuse extravagance, deux ans après Lausanne et Innsbruck. Un prototype de l'opĂ©ra post-montĂ©verdien, avec son intrigue foisonnante et encombrĂ©e d'invraisemblances (les accidenti verissimi comme les appelaient non sans ironie les contemporains) ; la règle du jeu dramatique Ă©tant de mĂŞler le rire et les larmes, comme le veut la loi des contrastes chère au Baroque.
    S'appuyant ici sur les effets d'une caustique modernité (l'Ile de Vénus - c'est-à-dire Chypre - transposée à l'heure du " tourisme-charter " !), ailleurs renvoyant noblement aux références de l'ordre antique, la mise en scène de Jean-Louis Martinoty n'a rien perdu de son efficacité ni de sa fraîcheur. Et si parfois, la mécanique drolatique qui portait irrésistiblement les gags dans la production de Lausanne s'enraye un peu ici, Steven Cole et Dominique Visse sont néanmoins des amuseurs impayables dans les emplois de la nourrice et du bouffon. Et les arguments de l'interprétation restent toujours aussi convaincants, avec la belle ligne de chant de la mezzo Laura Polverelli dans le rôle-titre (mais je préférais l'engagement expressif de Brigitte Balleys à Lausanne), la basse confortable de David Pittsinger dans le rôle noble d'Atamante et, bien entendu, la direction de René Jacobs qui exalte en souplesse les fureurs et émois d'une vocalité virtuose. Sans négliger les devoirs qu'il doit à son fidèle orchestre du Concerto Vocale.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 21/10/1999
    Roger TELLART

    L'Argia, Opéra en trois actes d'Antonio Cesti
    Direction musicale : René Jacobs
    Mise en scène : Jean-Louis Martinoty
    DĂ©cors : Hans Schavernoch
    Costumes : Emmanuel Peduzzi
    Lumières : Jacques Benyeta
    Avec Laura Polverelli, mezzo-soprano (Laurindo/Argia), Dorothee Jansen, soprano (Dorisbe), Darina Takova, soprano (Filaura/Venere).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com