altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 09 août 2020

Marc Minkowski dirige le Philharmonique de Radio France.

Concert en costume d'Arlequin
© DG

Une symphonie de Haydn, le Concert champêtre de Poulenc, Pulcinella de Stravinsky : difficile de trouver programme plus hétéroclite. Mais programme du coup apte à démontrer la brillance du Philhar et la direction nerveuse de Marc Minkowski.
 

Salle Olivier Messiaen - Maison de la Radio, Paris
Le 25/01/2002
Christelle CAZAUX
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'aube d'été

  • Réouverture

  • Des ténèbres à la lumière

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Quoi de commun, de prime abord, entre une symphonie de Haydn, le Concert champêtre de Poulenc et Pulcinella de Stravinsky ? A la tête de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, Marc Minkowski offrait au public, vendredi 25 janvier, l'occasion de découvrir ou de redécouvrir que le répertoire baroque et Offenbach ne sont pas ses seuls pôles d'intérêt, mais qu'il aborde régulièrement et avec le plus grand bonheur d'autres époques.

    Difficile exercice, pourtant, que de s'attaquer à la 22e symphonie de Haydn, composée " sur mesure " pour les virtuoses de l'orchestre de Nicolas Esterhazy, et dont les parties de cors demeurent, même sur des instruments modernes, redoutables. Aussi ce n'est pas sans appréhension que l'on écoute les premières mesures de cet adagio -– la symphonie commence en effet par un mouvement lent, dans la tradition de la sonata da chiesa.
    Malgré un léger faux départ et des vents très hésitants, on se laisse vite séduire par la couleur orchestrale, fondée sur l'opposition entre la sonorité douce des cordes en sourdine et l'association insolite des cors et cors anglais, auxquels Haydn confie la mélodie de choral qui revient pendant tout le mouvement. Départ incertain, un peu précipité, dans le second mouvement : cette fois les vents ont tendance à disparaître dans une masse orchestrale dominée par les cordes. Dans le Menuet et le final, l'orchestre est plus à l'aise, même si les cors manquent de précision et d'éclat.


    Changement total, à plus d'un niveau d'ailleurs dans le Concert champêtre : Minkowski laisse la vedette au claveciniste, Jory Vinikour, qui semble bel et bien donner le ton, tour à tour bucolique, rêveur, voire sarcastique à une partition de Poulenc, qui en devient quasiment picturale. Son toucher d'une précision diabolique, la variété de son jeu, enfin une spontanéité presque enfantine ont emporté l'adhésion totale du public.
    Après l'hommage de Poulenc aux clavecinistes français, nouvelle référence au XVIIIe siècle, façon Stravinsky cette fois. Donnée dans sa version originale, créée par les ballets russes en 1920, et non dans la suite qu'en a tirée plus tard le compositeur, Pulcinella signe les débuts de la période néo-classique du compositeur. L'Orchestre Philharmonique, devenu orchestre de chambre, réserve d'excellents moments. Le " concertino " de cordes comme les vents (trombones, bassons, cors, dont les parties ne sont pas de tout repos) arborent une forme étonnante, que la direction pétulante de Minkowski ne ménage pas.
    Côté des voix, ce n'est pas mal non plus : Lynne Dawson gratifie l'auditoire de son soprano au timbre rond et sensuel, de ses magnifiques piani
    mais aussi de son épouvantable diction anglo-italienne. La basse Denis Sedov n'est pas sans rappeler la voix d'un Samuel Ramey, mais poitrine un peu dans les graves. Quant au ténor, Rolando Villazon, il a au moins le mérite de ne pas déparer dans ce trio vocal.

    Au final, un concert en forme de costume d'Arlequin, au climat hétérogène, mais où ont brillé mille couleurs.




    Salle Olivier Messiaen - Maison de la Radio, Paris
    Le 25/01/2002
    Christelle CAZAUX

    Marc Minkowski dirige le Philharmonique de Radio France.
    J. Haydn : Symphonie n° 22 en mi b majeur " Le Philosophe "
    F. Poulenc : Concert champêtre en ré majeur pour clavecin et orchestre
    I. Stravinsky : Pulcinella

    Orchestre Philharmonique de Radio-France
    Jory Vinikour, clavecin – Lynne Dawson, soprano
    Rolando Villazon, ténor – Denis Sedov, baryton
    Hélène Collerette, violon – Catherine Lorrain, violon
    Christophe Gaugué, alto – Eric Levionnois, violoncelle
    Gérard Soufflard, contrebasse

    Direction : Marc Minkowski

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com