altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 21 août 2018

Cycle Autour du compositeur Michael Jarrel au Théâtre du Châtelet, Paris.

Le collectif Jarrel
© Harmonia Mundi

Le violoncelliste Jean-Guihen Queyras

Le Théâtre du Châtelet affirme cette saison une volonté très nette de promouvoir la création musicale, grâce notamment à la présence de musiciens de première force. Ainsi, après une semaine Dusapin, c'est au tour de Michael Jarrel de bénéficier d'un trio de choc emmené par Jean-Guihen Queyras.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 11/02/2002
Françoise MALETTRA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (4) : Blomstedt sans complexes

  • Salzbourg 2018 (3) : Au bord de l’épuisement

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le compositeur suisse ne pouvait rêver meilleurs interprètes pour le coup d'envoi des trois concerts que lui offrait le Chatelet les ll, l3 et l5 février. En effet, le compositeur a trouvé en Jean-Guihen Queyras, Ernesto Molinari et Hideki Nagano, trois garçons en or, rompus aux exercices les plus subtils de la musique contemporaine, sans pour autant dédaigner le répertoire classique et romantique, où le disque les a déjà souvent salués. Leur absolue maîtrise du texte musical et leur présence à la musique à proprement parler, font que l'on entre tout naturellement dans l'univers du compositeur, avec une rare disponibilité d'écoute.

    Un univers qui a peu à voir avec les courants dominants, et beaucoup avec une volonté d'exposer la musique dans tous ses états, à partir d'un matériau dont il semble chercher avec entêtement à vaincre les résistances. D'où un effet de prolifération de l'idée centrale en courtes séquences, comme autant de "coups " concertés entre les partenaires d'un jeu d'échecs imaginaire. Et la musique de chambre, à laquelle il revient régulièrement, lui propose ici un champ d'investigations sans limites. Aus Bebung, par exemple, où la volubilité de la clarinette parcourt tous les registres de l'instrument, en provoquant le violoncelle, en le forçant à réagir, à le combattre ou à se soumettre. Le violoncelle qui prend immédiatement sa revanche dans Some Leaves, seul, obstiné, percussif, enjôleur, avant d'être rejoint par la clarinette basse et le piano dans Assonance III, extrait d'un cycle initié en l983, où Michael Jarrell développe d'une pièce à l'autre de nouvelles configurations de rythmes et de couleurs, avec ici des accords tissés dans l'épaisseur du son, des croisements insolites de notes tenues en ligne, brusquement brisées par le piano, et où la clarinette basse se donne un court moment des airs de jazz.

    Difficile de dire si les applaudissements du public s'adressaient aux " joueurs ", ou au compositeur, maître et arbitre des règles du jeu ! Mais il aurait été injuste de dissocier les protagonistes d'une telle réussite collective.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 11/02/2002
    Françoise MALETTRA

    Cycle Autour du compositeur Michael Jarrel au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Michael Jarrrel

    Aus Bebung pour clarinette & violoncelle (l995)
    Some Leaves pour violoncelle seul (l999)
    Assonance III pour clarinette basse, violoncelle & piano (l989)

    Hideki Nagano (piano)
    Ernesto Molinari (clarinette)
    Jean-Guihen Queyras (violoncelle)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com