altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 30 octobre 2020

Le Concerto Köln joue Mozart et Haydn, Salle Gaveau, Paris.

Mozart par grand vent

Réminiscence des Folles Journée de Nantes, le Concerto Köln est venu à Paris, Salle Gaveau, pour donner des Haydn et Mozart ébouriffants. Pas de chef comme d'habitude, mais personne, à vrai dire, ne s'en est aperçu. Un concert en forme de déflagration.
 

Salle Gaveau, Paris
Le 28/01/2002
Isabelle APOSTOLOS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Saint François SDF

  • Chamboule-tout

  • En attendant Görge…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Peu de choses Ă  dire au sujet du programme : Folles JournĂ©es de Nantes obligent, de nombreux artistes et formations avaient inscrit pour le dĂ©but d'annĂ©e, plusieurs partitions de Haydn et Mozart Ă  leurs programmes. Dans la Salle Gaveau, le Concerto Köln n'a pas dĂ©rogĂ© Ă  la règle, se prĂ©sentant avec la Symphonie n°26 de Haydn, le Concerto pour basson K 191, la fort brève Symphonie K 45b et, comme plat de rĂ©sistance, la très cĂ©lèbre Symphonie en sol mineur. Un programme oĂą il serait donc vain de chercher une quelconque ligne directrice, se ce n'est l'opposition, par exemple, du concerto pour basson, oeuvre de jeunesse encore imprĂ©gnĂ©e de l'esthĂ©tique galante, et la sombre Symphonie n°40, du Mozart de la maturitĂ©, que l'on qualifie très rĂ©gulièrement de " prĂ©-romantique ". En fait, la seule ligne directrice de la soirĂ©e, ce furent bien les virtuoses – et le mot n'est pas exagĂ©rĂ© – du Concerto Köln qui la fournirent.
    Pas de chef pour diriger ce soir-là, mais une écoute mutuelle sans faille (il faut voir la vingtaine de musiciens allemands se consulter du regard, tendre l'oreille vers leurs collègues) et une complicité bâtie sur des années de travail commun. Et le résultat est admirable de cohésion (surtout chez des cordes affûtées comme jamais) et de justesse : pratiquement à aucun moment, les attaques du Concerto Köln n'ont été prises en défaut, soufflant comme autant de bourrasques dans une symphonie de Haydn dont la sombre violence convient parfaitement à leur engagement proverbial.
    C'est cette énergie qui fait également merveille dans Mozart. Le Concerto pour basson, par exemple, y trouve une sorte de virilité qui vivifie des pages où l'inventivité mélodique règne un peu vainement. Le très technique Lorenzo Alpert, bassoniste de l'ensemble et propulsé soliste pour l'occasion, compense une beauté sonore pas toujours constante, par la qualité de son articulation et l'inventivité de son phrasé. Dans la Symphonie en sol mineur, la rage et l'incisivité du Concerto Köln ont également atteint des paroxysmes expressifs, insufflant une urgence sidérante dans le Molto allegro, évitant toute mièvrerie dans l'Andante (avec des vents alternant verdeur et lumière radieuse), imprégnant le bondissant Menuetto d'une pulsation rythmique rare, avant de conclure la soirée avec un Allegro assai aux allures de tempête (les rubato vrombissants, emmenés par des cordes graves saisissantes de puissance). On pensait avoir tout entendu avec les Harnoncourt, Brüggen ou Gardiner, on est cependant resté interdit par la véhémence du discours, dans une Salle Gaveau idéale pour ce type de musique et de formation.




    Salle Gaveau, Paris
    Le 28/01/2002
    Isabelle APOSTOLOS

    Le Concerto Köln joue Mozart et Haydn, Salle Gaveau, Paris.
    Joseph Haydn
    Symphonie n°26 Les Lamentations
    Wolfgang Amadeus Mozart
    Concerto pour basson K 191
    Symphonie n°40

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com