altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 février 2020

Reprise de Platée de Rameau au Palais Garnier, Paris.

Une rainette qui laisse coâ

Retour très attendu de la triomphale production de Platée par le tandem Minkowski-Pelly et pas de surprise : une grenouille verte grotesque à souhait, emportée par une Folie d'anthologie.
 

Palais Garnier, Paris
Le 04/03/2002
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Avec ombre…

  • Gluck en noir et blanc

  • Philosophie des lumières

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Reprise sans surprise de cette production de PlatĂ©e qui consacra dĂ©finitivement en avril 1999 la folle Ă©quipe Pelly-Minkowski et comparses, Ă  qui l'on doit OrphĂ©e aux Enfers, La belle HĂ©lène et tout rĂ©cemment de croustillants Sept pĂ©chĂ©s capitaux (mais cette fois, sans Minkowski).
    On connaît donc la recette de ce succès : humour décapant et irrévérencieux mais sans vulgarité et surtout sens du théâtre qui permet de trouver des solutions, généralement drôles, aux problèmes posés par ce type d'ouvrages. Dans Platée en particulier, l'imagination de Laura Scozzi, chorégraphe de la bande, permet d'échapper à la reconstitution " philologique " des danses et même de meubler les " symphonies ". L'ouvrage reste certes long mais la soirée elle paraît courte, si l'on est sensible à ce type d'humour et si l'on accepte cette dérision gentille et anachronique. Les années passent, et il est intéressant de constater comment d'Atys qui est pour beaucoup dans la renaissance de tout ce répertoire, on en est passé à des approches carrément décalées comme celle-ci ou superbement transposées comme Rodelinda par Jean-Marie Villégier en personne (preuve en a été donnée auprès du public parisien par le Théâtre du Châtelet).
    Déjà complice de Marc Minkowski et des Musiciens du Louvre dans leur enregistrement fameux chez Erato, Gilles Ragon (qui alternait avec Paul Agnew, tout aussi à l'aise dans le rôle de la + domine cette nouvelle distribution qui rassemble des voix à leur limite extrême s'agissant d'une salle aussi grande que le Palais Garnier. Mais comme tout le monde joue bien et beaucoup, on oublie un peu cette faiblesse générale de moyens vocaux. Déjà présente lors de la création de cette production, Mireille Delunsch est étourdissante dans son air de la folie, composant un personnage à l'hystérie somme toute maîtrisée, et qui n'en est que plus drôle. Quand à Frank Leguérinel, il s'améliore en Momus au fil du spectacle. Pour les autres, même s'ils ne déméritent pas vraiment, on se dit qu'ils seraient tous mieux à leur place dans un lieu plus petit. Mais reconnaissons que l'on passe une soirée tonique, stimulante où la rainette garantit une météo de folie.




    Palais Garnier, Paris
    Le 04/03/2002
    GĂ©rard MANNONI

    Reprise de Platée de Rameau au Palais Garnier, Paris.
    Jean-Philippe Rameau : Platée/I>

    Gilles Ragon (Platée) – Mireille Delunsch (La Folie) – Yann Beuron (Thespis, Mercure) – Vincent le Texier (Jupiter) – Doris Lamprecht (Junon) – Laurent Naouri(Cithéron, un Satyre) – Valérie Gabail ( l'Amour, Clarine) – Frank Leguérinel (Momus)
    Marc Minkowski direction musicale
    Laurent Pelly mise en scène & costumes
    Chantal Thomas décors

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com