altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 septembre 2020

Elektra de Richard Strauss à l'Opéra du Rhin, Strasbourg.

Elektra magnétique
© Christian Lutz-Sorg

© Christian Lutz-Sorg

Une Elektra réussie n'est pas monnaie si courante, et la production de l'Opéra du Rhin a visiblement marqué son public : après notre collaborateur Pierre Breiner, c'est au tour de Gérard Corneloup d'exprimer son enthousiasme, aussi bien pour la mise en scène de Stéphane Braunschweig que pour la direction de Jan Latham-Koenig. Sans oublier bien sûr la distribution emmenée par Luana de Vol.
 

Opéra du Rhin, Strasbourg
Le 03/03/2002
GĂ©rard CORNELOUP
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour Ă  la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : RĂ©apprendre la cohĂ©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : Évidence brucknĂ©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • FĂ©rocitĂ© de l'action et du texte, poursuite obsĂ©dante de la vengeance, frustration sexuelle, folie sous-jaçante, freudisme ambiant... Elektra se prĂŞte tout particulièrement aux lectures foisonnantes, aux relectures provocantes, aux effets de scènes accusĂ©s, aux rires dĂ©moniaques ou hystĂ©riques.
    Le travail conçu par Stéphane Braunschweig use mais n'abuse jamais de ces composantes, construisant son travail scénique avant tout sur l'espace. Un espace noir autour de la baignoire immaculée où fut jadis tué Agamemnon. Un espace d'ébène, aux grands pans de murs, mobiles à l'occasion, et découvrant le lit du couple meurtrier où la mère se réfugiera, poursuivie par sa fille et le souvenir sanglant de son passé criminel. Un espace dans lequel les protagonistres pénètrent par d'étonnants miroirs-couloirs. Ils viennent là vivre, aimer, parler, accuser, se défendre, tuer. Jouant avec les ombres, avec le feu, avec les corps et les drapés, le travail à la fois riche et sobre du metteur en scène s'avère tout particulièrement convainquant, donnant aux diverses scènes dialoguées infiniment de vie, à commencer par le " duel " mère-fille, pivot de l'action.
    Le travail réalisé dans la fosse par le chef Jan Latham-Koenig est un peu le prolongement du travail scénique. Point de déferlante continuelle, point d'effets d'intensité sonore endémiques, mais une lecture vivante, vibrante même, et cohérente de la partition straussiennne, avec ses bourrasques mais aussi ses relâchements, le tout fort bien servi par les divers pupitres de l'orchestre alsacien.
    Il est vrai que le maestro bénéficie d'un trio vocal de première magnitude, tant dramatiquement que vocalement. Luana DeVol résiste superbement au poids scénique du rôle-titre, quasiment toujours en scène, avec un timbre riche et expressif, un aigu clair et vaillant. Snejinka Avramova est une Clytemnestre fascinante, à mi-chemin entre Lady Macbeth et une bourgeoise viennoise, au timbre chaud et envoûtant. Tout en contraste, la Chrysothemis de Nancy Weissbach développe un chant souple et délié, ne minorant point ce rôle trop souvent sacrifié. Chez les hommes, Jurgen Linn (Oreste) et Stefan Vinke (Egisthe) complètent heureusement le quintette de solistes, sans oublier le groupe très cohérent et vocalement parfait des servantes.
    Un théâtre vrai, sobre et efficace, en parfaite symbiose avec la partition straussienne.




    Opéra du Rhin, Strasbourg
    Le 03/03/2002
    GĂ©rard CORNELOUP

    Elektra de Richard Strauss à l'Opéra du Rhin, Strasbourg.
    Elektra, opéra de Richard Strauss

    Direction musicale : Jan Latham-Koenig
    Mise en scène et décors : Stéphane Braunschweig
    Costumes : Thibault Vancraenenbroeck
    Eclairages : Marion Hewlett

    Choeurs de l'Opéra National du Rhin
    Orchestre philharmonique de Strasbourg
    Klytämnestra : Snejinka Avramova – Elektra : Luana DeVol – Chrysothemis : Nancy Weißbach – Aegisth : Stefan Vinke – Orest : Jürgen Linn – Der Pfleger von Orest : Yves Ernst – Die Vertraute : Nicole Malbec – Die Schleppträgerin : Sabine Vinke – Ein junger Diener : Don Bennington – Ein alter Diener : Jean-Pierre Roddes – Die Aufseherin : Penelope Thorn – 1. Magd : Yaroslava Kozina – 2. Magd : Delphine Galou – 3. Magd : Katri Paukkunen – 4. Magd : Natalia Atamantschuk – 5. Magd : Anja Kampe

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com