altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 février 2018

Pelléas et Mélisande à l'Opéra de Rennes, France.

Pelléas en noir et blanc

Jean-Sébastien Bou

Centenaire de la création oblige, les Pelléas se multiplient : c'est cette fois l'Opéra de Rennes qui s'est attelé à la tâche, avec comme atout, la jeunesse, celle d'une distribution exceptionnelle emmenée par un duo Pelléas-Mélisande excellent, magnifiée aussi par la sobre mais pénétrante mise en scène d'Alain Garichot.
 

Opéra, Rennes
Le 22/03/2002
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Un roi Carotte aux petits oignons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Deux atouts majeurs pour cette belle réussite de l'Opéra de Rennes, à savoir la jeunesse de la distribution vocale et la rigueur d'une mise en scène d'Alain Garichot très sobre mais très complexe sans en avoir trop l'air.
    Elève à la fois de Mady Mesplé et de Jane Rhodes, Jean-Sébastien Bou fut à bonne école. Ce jeune baryton au physique mi-adolescent des beaux quartiers, mi-loulou de banlieue, campe un Pelléas touchant par sa juvénilité, sa pureté naturelle, et très appréciable pour la sûreté d'une voix parfaitement en place, bien sonore et soutenue par une diction impeccable, comme tous les autres protagonistes d'ailleurs. Enfin un opéra français chanté par des français et où l'on comprend tout le texte ! Une sorte de miracle par les temps qui courent. Face à lui, une très belle Mélisande brune. Patricia Fernandez a un joli timbre, une bonne technique, malgré encore un peu d'acidité dans certains forte. Elle est aussi excellente comédienne.
    Car ici, tout se joue dans les subtilités d'une mise en scène dans un décor tout noir, avec pour langage principal de très beaux jeux de lumière qui sculptent les silhouettes de personnages aux poses issues directement de l'iconographie Art nouveau. Mais sans les couleurs. C'est superbe, minimaliste mais totalement expressif. Vincent le Texier a l'une des plus belles voix graves de sa génération. Il incarne un Golaud très crédible et pourvu de belles qualités. Dommage cependant qu'il cherche par instant à trop grossir le son, ce qui le dénature et nuit à la justesse, défaut de plus en plus sensible comme la soirée avance. Jérôme Varnier (Arkel), Marie-Thérèse Keller, (Geneviève), Vincent Billier et Maëlys de Villoutreys complétaient cette belle distribution qui rend, pour une fois, optimiste sur l'avenir du chant français. Avec l'Orchestre de Bretagne au grand complet, Patrick Davin a donné une lecture sensible et claire de la partition.




    Opéra, Rennes
    Le 22/03/2002
    Gérard MANNONI

    Pelléas et Mélisande à l'Opéra de Rennes, France.
    Debussy : Pelléas et Mélisande

    Patrick Davin direction musicale
    Alain Garichot mise en scène
    Denis Fruchaud décors
    Claude Masson costumes

    Avec Jean-Sébastien Bou (Pelléas) ? Patricia Fernandez (Mélisande) ? Vincent Le Texier (Golaud) ? Jérôme Varnier ( Arkel) ? Marie-Thérèse Keller (Geneviève) ? Vincent Billier (Le médecin- un berger) ? Maëlys de Villoutreys (Yniold).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com