altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 janvier 2020

Reprise des Trois Soeurs de Peter Eötvös à l'Opéra de Lyon.

Entre frères et soeurs
© Marie Noelle Robert

C'est un fait rare pour un op√©ra contemporain, 4 ans apr√®s sa cr√©ation, les Trois Soeurs d'E√∂tv√∂s d'apr√®s la pi√®ce de Tchekov a d√©j√† √©t√© jou√© dans 13 villes d'Europe. En ce moment, l'oeuvre est redonn√©e √† Lyon, l'endroit m√™me o√Ļ elle fut cr√©√©e en 1998.
 

Opéra national, Lyon
Le 01/05/2002
Olivier DENOYELLE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Biennale Quatuors 2020 (3) : Les Russes

  • Biennale Quatuors 2020 (2) : Les Modernes

  • Biennale Quatuors 2020 (1) : Les Patrons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le titre est trompeur, il n'y a pas de femme sur sc√®ne
    Les trois soeurs sont incarn√©es par des hommes ; haute-contre et sopraniste. L'op√©ra avait habitu√© √† d'autres coutumes : Ch√©rubin, Yniold et Siebel, sont des personnages masculins incarn√©s par des femmes.

    Dans l'oeuvre d'Eötvös, c'est le contraire. Le résultat surprend, convainc parfois (avec Gary Boyce est feminin, troublant, et démoniaque à la fois), agace souvent (Olga, Macha et Irina paraissent empruntées et précieuses à l'extrême). La mise en scène déplace géographiquement l'action, ni samovars, ni salon à la russe, ici tous évoluent dans un environnement japonisant. Les trois soeurs sont habillées de longs kimonos blancs, les hommes de la garnison ont des costumes stricts d'inspiration militaire. Les décors sont simples et élégants à la fois, la scène est occupée par 3 immenses panneaux de toile tendue, éclairés avec raffinement.

    La mise en sc√®ne accentue l'immobilisme g√©n√©ral de l'oeuvre et n'aide pas beaucoup √† la compr√©hension de l'histoire. D'ailleurs mieux vaut conna√ģtre son Tchekov sur le bout des doigts avant d'aller voir ce spectacle. Les librettistes ont refondu l'oeuvre, boulevers√© l'ordre des actes, difficile de s'y retrouver !
    Mais le compositeur a pr√©venu : ¬ę D√©pourvue d'action, la pi√®ce se d√©roule sans fin, emplie du bavardage perp√©tuel de personnages banals. ¬Ľ

    Mais ce qui est beau et possible au th√©√Ętre ne l'est pas √† l'op√©ra, o√Ļ il est n√©cessaire de concentrer le texte sur l'essentiel, pour laisser la place √† la musique ¬Ľ. La partition est complexe : vocalement, le parlando alterne avec des phrases tr√®s lyriques en solo, duo et ensembles. Il faut de belles et grandes voix pour tenir ces parties ; c'est le cas ici.

    La partie instrumentale est atypique avec deux orchestres : un ensemble orchestral de 18 instrumentistes dans la fosse (harmonie, cordes, percussions, accord√©on et piano √©lectrique), un orchestre de 50 musiciens en fond de sc√®ne.

    La direction musicale est donc √† deux baguettes. L'op√©ra de Lyon a fait appel √† deux tr√®s jeunes chefs proches du compositeur : Kwam√© Ryan (dans la fosse) et Jonathan Stockhammer (en fond de sc√®ne). Ils ont √©t√© respectivement √©l√®ves et assistants du compositeur.

    Celui-ci a confié les moments plus intimes de l'oeuvre à l'orchestre de chambre, la seconde formation entretient un climat sonore somptueux et diffus. L'intérêt majeur de la soirée est donc plus musical que dramatique. Pour se faire une idée de cette partition aux carrefour des styles de la création contemporaine, il existe un CD qui a été réalisé dans la foulée de la création en 1998.

    Lire aussi la critique de la création parisienne






    Opéra national, Lyon
    Le 01/05/2002
    Olivier DENOYELLE

    Reprise des Trois Soeurs de Peter Eötvös à l'Opéra de Lyon.
    Opéra en trois séquences de Peter Eötvös d'après Les Trois Soeurs d'Anton Tchekov,
    Livret de Claus H Henneberg et Peter Eötvös
    Traduit du russe par Krzysztof Wiernicki
    Créé le 13 mars 1998 à l'Opéra national de Lyon.

    Direction musicale : Kwam√© Ryan (ensemble de fosse)
    Jonathan Stockhammer (orchestre de fond de scène)
    Mise en sc√®ne, sc√©nographie, lumi√®res : Ushio Amagatsu
    D√©cors et peintures : Natsuyuki Nakanishi
    Costumes et maquillages : Sayoko Yamaguchi

    Avec : Alain Aubin (Olga), Lawrence Zazzo (Macha), Oleg Riabets (Irina), Gary Boyce (Natacha), Albert Schagidullin (Andrei), Nikita Storojev (Koulyguine), Olivier Lallouette (Touzenbach), Riccardo Lombardi (Verchinine), Peter Hall (Tcheboutykine), Peter Fried (Soliony), Terence Mierau (Fedotik), Alexei Grigorev (Rod√©), Jan Alofs (Anfissa).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com