altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 février 2019

Nouvelle production du Prince Igor de Borodine.

Le Prince Igor détrôné

© Alain Kaiser

Immense fresque épique dans la grande tradition de l'opéra russe, le très rare Prince Igor de Borodine a été repris à l'opéra du Rhin. Si l'exécution musicale a manifestement conquis le public, la mise en scène à la transposition hasardeuse a été gratifiée de copieuses bordées de sifflets et de huées.
 

Opéra du Rhin, Strasbourg
Le 28/04/2002
Pierre BREINER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Mahler littéral

  • Les trois âges de Rusalka

  • L'opéra travesti

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Strasbourg est habitué aux restitutions « modernisées" d'oeuvres historiquement datées. Ici, la lecture du metteur en scène Alfred Kirchner déplace l'action de la Russie des Tsars vers la période soviétique, celle de Béria, et de Brejnev. On devine même quelques accents eltsiniens, et les images de guerre en tramé semblent devoir rappeler une fois de plus que la Russie est aussi reine des conflits et des misères.

    Mais pour cet opéra dont l'argument relève de la légende populaire, qu'apporte la transposition à l'époque du pacte de non-agression germano-soviétique ? Ici, le symbolisme parfois outrancier et appuyé, laisse peu de chance de retrouver la cohérence déjà tourmentée d'une oeuvre empreinte du sens épique et de la démesure propres à l'opéra russe. Une fresque plus naïve et moins chargée eût sans doute beaucoup mieux servi l'oeuvre.

    À l'opéra comme au théâtre ces temps derniers, la nudité intégrale est à la mode. Mais ici, deux femmes complètement dévêtues au moment des danses pvolostiennes ne pouvaient à elles seules sauver l'entreprise du mécontentement d'un public aussi fidèle que difficile, et qui ne manqua pas de le manifester.

    Heureusement, le plateau vocal à dominante russe se révéla exemplaire ; pas moins que l'orchestre dirigé par le jeune et brillant Christian Arming. Ensemble, ils ont largement su faire oublier les faiblesses de la conception scénique, d'autant le choeur de Sofia renforçait à bon escient la couleur orientale de la perspective musicale. Et comme souvent, ne suffit-il pas de fermer les yeux pour être transporté par les voix de l'Orient ?


    Strasbourg, Opéra 15 heures

    Mulhouse, La Filature
    17 mai à 20 heures, 19 mai à 15 heures







    Opéra du Rhin, Strasbourg
    Le 28/04/2002
    Pierre BREINER

    Nouvelle production du Prince Igor de Borodine.
    Direction musicale : Christian Arming

    Mise en scène : Alfred Kirchner

    Décors et costumes : Maria-Elena Amos

    Chorégraphie : Johann Kresnik

    Dramaturgie : Vera Sturm

    Avec Igor Swatoslawitsch : Eduard Tumagian, Jaroslawna : Elena Evseeva
    Wladimir Igorewitsch : Andrej Dounaev
    Wladimir Jaroslawitsch : Konstantin Gorny
    Kontschak : Feodor Kuznetsov
    Kontschakowna : Elena Rabiner
    Skula : René Schirrer
    Jeroschka : Ivan Matiakh

    Choeurs de l'Opéra national du Rhin
    Direction Michel Capperon

    Choeur Orphée de Sofia
    Direction Krum Maximov

    Orchestre Philharmonique de Strasbourg

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com