altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 avril 2020

Hommage Ă  Manuel Rosenthal.

Manuel de savoir-vivre

D.R.

Quatre-vingt dix-huit ans, l'esprit toujours vif, et le verbe facile : Manuel Rosenthal n'a pas fini d'étonner. Si le jeune orchestre Atelier Ostinato lui rend hommage, dans cette salle Favart qui le vit souvent monter au pupitre, c'est qu'il présida à sa fondation, en 1997, qu'il en est toujours le président d'honneur, et qu'il eut pour assistant son chef, le jeune et énergique Jean-Luc Tingaud.
 

Opéra Comique - Salle Favart, Paris
Le 25/11/2002
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En guise d'ouverture, Æolus, une partition de 1970 Ă  la gloire du dieu du Vent ; un partenariat insolite entre un quintette Ă  vents et un ensemble de cordes. Trois mouvements, chacun d'eux se dĂ©clinant en une sorte de suite Ă  l'ancienne. Sous le patronage de Paganini (ce n'est pas en vain que le troisième mouvement, Paganiniana, lui emprunte son nom), virtuositĂ© et jeux de timbres rivalisent d'imagination.

    C'est ensuite au tour de Jean-Paul FouchĂ©court d'occuper la scène avec les spirituelles Chansons du Monsieur Bleu ; une douzaine de miniatures sur des poèmes de Nino alertement troussĂ©s, et des musiques qui fleurent bon les annĂ©es 1930 sans avoir pris la moindre ride, gouaches aux couleurs pimpantes, saynètes contĂ©es avec une verve gouailleuse (et dans un Français percutant) par un tĂ©nor qui sait comme personne faire frĂ©mir les mots.

    L'entracte passé, on le retrouve en jeune premier de cette Poule noire, écrite de nouveau avec la complicité de Nino. Un modèle d'opérette, au demeurant, follement drôle, habilement construite, prodigue de mélodies dont l'apparente facilité n'est qu'un leurre tant elles exigent, pour passer la rampe, d'intelligence et d'élégance.

    Tingaud et ses jeunes complices mènent une danse effrénée, entraînant, outre Fouchécourt (Berbiqui), Catherine Dubosc en veuve éplorée tout naturellement prénommée Constance, Mathieu Lécroart, père de la donzelle, et Ghyslaine Raphanel qui ne chante pas mais joue le rôle parlé de la bonne avec un culot à faire pâlir Pauline Carton. Un hommage en forme de manuel de savoir-vivre à 100 à l'heure.




    Opéra Comique - Salle Favart, Paris
    Le 25/11/2002
    Michel PAROUTY

    Hommage Ă  Manuel Rosenthal.
    Æolus, Chansons du Monsieur Bleu, la Poule noire
    Orchestre Atelier Ostinato, direction Jean-Luc Tingaud.
    Jean-Paul Fouchécourt (ténor), Catherine Dubosc (soprano), Mathieu Lécroart (baryton).
    Choeur Les Cris de Paris.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com