altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 17 août 2018

Edgar de Giacomo Puccini en version de concert.

Edgar qui renait
© Fondation Gulbenkian

© Fondation Gulbenkian

Dans le cadre des Figures d'Italie, Radio-France fait découvrir aux parisiens deux opéras de jeunesse de Giacomo Puccini. En ce 7 décembre, le public a fait de longues heures de queue, dans un froid glacial, pour le retour de Julia Varady à Paris dans cet improbable Edgar. Mais elle aurait pu aussi bien chanter l'annuaire.

 

Salle Olivier Messiaen - Maison de la Radio, Paris
Le 07/12/2002
Christine LETEUX
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

  • Salzbourg 2018 (1) : Justice pour Josef K.

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Giacomo Puccini n'a pas eu la main heureuse en choisissant le librettiste d'Edgar. Fernando Fontana a produit trois actes sans grande cohérence dramatique rendant les actions des personnages incompréhensibles et le tout assaisonné de vers boursouflés : ?
    Orgie, chimère à l'?il vitreux
    dans le glauque mystère silencieux? (sic !). Il faudra attendre la rencontre avec Giacosa et Illica pour permettre au compositeur de Torre del Lago l'épanouissement de son talent dramatique.

    Le livret rappelle à la fois Carmen et Tannhaüser: même le meilleur des généticiens ne pourrait concevoir une telle chimère ! Le coeur d'Edgar est partagé entre la pure Fidelia et la démoniaque Tigrana. L'américain Carl Tanner se tire très honorablement du rôle-titre avec une voix de ténor très saine et expressive.

    Mary Ann McCormick a la tâche difficile de faire vivre Tigrana qui oscille entre les chansons tziganes et le Vénusberg de fantaisie du deuxième acte. Malheureusement elle reste en deçà du mordant requis pour cette ?vile courtisane?, mais la voix est ronde et parfaitement projetée.

    Le baryton slovaque Dalibor Jenis montre son talent dramatique dans l'air de Frank du premier acte. Voilà un chanteur qui a tout pour faire une grande carrière : un contrôle vocal parfait, une grande palette de couleurs, des aigus splendides et une présence !

    Julia Varady a fait accourir tous les mélomanes parisiens (et même européens) tant ses apparitions se font rares depuis quelques années. Elle arrive, toujours souveraine, habillée d'une robe turquoise qui tranche avec sa tenue si peu seyante, l'an dernier, au Théâtre des Champs-Élysées.

    On la sent plutôt tendue, ayant besoin fréquemment de se désaltérer. Fidelia est un rôle de soprano lyrique sans difficultés particulières dont Julia Varady maîtrise aisément la tessiture. On remarque quelques problèmes d'appui, mais la projection reste superbe après quarante ans d'une carrière sans s'économiser le moins du monde.

    On est captivé par sa concentration durant tout le concert. Ses jeunes partenaires peuvent, à juste titre, la regarder comme un exemple. Il ne fallait pas manquer ce qui sera peut-être son dernier concert à Paris. Pour ceux qui n'ont pu se rendre à ce concert, la séance de rattrapage est le 4 janvier sur France Musiques.








    Salle Olivier Messiaen - Maison de la Radio, Paris
    Le 07/12/2002
    Christine LETEUX

    Edgar de Giacomo Puccini en version de concert.
    Carl Tanner : Edgar
    Julia Varady : Fidelia
    Mary Ann McCormick : Tigrana
    Dalibor Jenis : Franck
    Carlo Cigni : Gualtiero

    Maîtrise et Choeur de Radio France
    Orchestre National de France
    Yoel Levi direction

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com