altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 septembre 2019

Reprise du Coq d'Or de NicolaĂŻ Rimsky-Korsakov

Le coq et le samouraĂŻ
© Marie-NoĂ«lle Robert

© Marie-Noëlle Robert

Dix-huit ans après, Le Coq d'or de Rimsky-Korsakov fait son retour au Chatelet, où il avait connu un véritable triomphe lors de la saison russe programmée en 1984 par Jean-Albert Cartier. La mise en scène d'Ennosuke III apparaît aujourd'hui comme une très précieuse pièce de musée qu'il faut contempler comme telle.

 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 13/12/2002
Françoise MALETTRA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En grand interprète du théâtre Kabuki, Ennosuke III a appliquĂ© toutes les règles d'or un d'art codĂ© Ă  l'extrĂŞme dans sa gestuelle comme dans la splendeur de ses costumes et de ses maquillages. Au merveilleux et au tragique des contes populaires russes qui inspirèrent le livret de Pouchkine, s'ajoute ici la poĂ©sie de l'allĂ©gorie et le gĂ©nie de la caricature.

    Ă€ nos yeux modernes trop habituĂ©s aux vaines gesticulations de certains metteurs en scène, la chorĂ©graphie et la scĂ©nographie pourront sembler d'une stylisation excessive. En son temps, Ennosuke s'en expliquait ainsi : " Le théâtre occidental est un théâtre que l'on Ă©prouve par la tĂŞte, le Kabuki est un théâtre que l'on Ă©prouve par le corps. "

    Il en ressort une imagerie orientale, aux allures d'opéra-bouffe, où l'on voit le vieux tsar Dodon, personnage pleutre et ridicule, enfermé dans son palais, cerné par l'ennemi qui menace ses frontières et entouré de chefs de guerre incapables.

    Quand survient un astrologue qui lui offre un coq d'or aux pouvoirs magiques. Perché sur la plus haute flèche du palais, il alertera le peuple de l'imminence du danger. Dodon, qui promet en retour tous ses trésors, peut enfin dormir en paix et s'enchanter de la vision d'une femme sublime apparue dans son rêve.

    Mais le coq a chanté. La guerre aura lieu, meurtrière, barbare. Sur le champ de bataille, la femme est soudain devant lui, bien vivante. Elle est reine et entend s'emparer son royaume, en l'avertissant que sa seule beauté est une arme infiniment plus puissante que toutes ses armées.

    Vaincu, le Tsar se soumet et lui offre la couronne. Mais le jour des noces, l'astrologue est lĂ  qui vient chercher sa rĂ©compense. Ce sera la Reine ! Un brutal coup de sceptre met rapidement fin Ă  ses prĂ©tentions. Le sang a coulĂ© et le coq profère la malĂ©diction : le roi doit mourir.

    Devant l'ingratitude de ceux qui veulent le chasser, il fond, toutes ailes déployées, sur le tsar et le frappe mortellement au front. Le conte est une fable, et c'est ainsi qu'il faut l'entendre, avait annoncé l'astrologue qui ressuscite pour nous informer que seuls lui et la reine étaient des êtres réels, que tous les autres n'étaient que des spectres, vides et inconsistants.

    Un opéra censuré

    Dernier opéra de Rimsky-Korsakov, censuré de son vivant pour cause de satire politique irrévérencieuse, Le Coq d'or nous emporte dans la luxuriance d'une musique qui réinvente avec une imagination confondante les couleurs d'un orient fabuleux.

    Dans la fosse, l'orchestre rutile, gronde, ou s'abandonne aux sonorités les plus voluptueuses, tandis que sur la scène, chaque personnage concentre sur lui, à travers des motifs subtilement identifiables, tous les signes (la peur, la cocasserie, la fourberie) concourant à peindre son caractère.

    La présence scénique de la majorité des interprètes est impressionnante, mais les voix sont décevantes, à l'exception de Barry Banks (l'astrologue), seul étranger à la troupe du Marinski, et de Elena Manistina (l'intendante Amelfa).

    Le Dodon d'Albert Schagidullin manque singulièrement d'ampleur, et malgré la virtuosité des vocalises d'un rôle d'une difficulté redoutable, Olga Trifonova (la reine de Shamakha) a une émission souvent acide et quelques problèmes de justesse.

    Le public a fait une standing ovation, parfaitement méritée, à l'Orchestre de Paris et à son chef. En respectant à la lettre les indications de Rimsky-Korsakov en matière d'accents, de tempi et de rubato, en refusant de se laisser déborder par la pouvoir émotionnel de la musique, Kent Nagano a choisi une interprétation qui avait tout de l'intransigeance du brave samouraï.






    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 13/12/2002
    Françoise MALETTRA

    Reprise du Coq d'Or de NicolaĂŻ Rimsky-Korsakov
    Opéra en trois actes sur un livret de Vladimir Bielski d'après Pouchkine
    CrĂ©Ă© le 7 octobre 1909 au Théâtre Solodovnikov de Moscou
    Production du Théâtre du Chatelet, créée en l984, en collaboration avec le San francisco Oper.

    Direction musicale : Kent Nagano
    Orchestre de Paris
    Choeur du Théâtre Mariinski de Saint-Petersbourg
    Mise en scène : Ennosuke III
    RĂ©alisation : Isao Takashima
    ChorĂ©graphie : Kaeshino Fujima
    DĂ©cors : Setsu Asakura
    Costumes : Tomio Mohri
    Lumières : Jean Kalman

    Avec Albert Schagidullin (Le Roi Dodon), Ilya Levinsky (Le Prince Guidon), Andrei Breus (Le Prince Afron), Ilya Bannik (Le général Polkan), Elena Manistina (Amelfa), Barry Banks (L'astrologue), Olga Trifonova (La Reine de Shamakha), Yuri Maria Saenz (Le Coq d'or)

    Prochaines reprĂ©sentations le 19,22,23,26,28 dĂ©cembre 2002

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com