altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 28 février 2021

La Confession Impudique de Bernard Cavanna au Théâtre Silvia Montfort, Paris

Erotisme et Opéra

Créé il a six ans, cet opéra au thème sulfureux vient d'être remanié par son compositeur Bernard Cavanna. Si la formation orchestrale est allégée, le propos n'en devient que plus dense, plus lisible et plus raffinée. Une des rares oeuvres du répertoire contemporain à découvrir absolument.
 

Théâtre Silvia Montfort, Paris
Le 25/02/2000
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'ennui au musée

  • Vienne en finit avec 2020

  • Une femme fatale

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Sur le plateau nu, rien qu'un petit espace surhaussé, aux cases noires et blanches, tel un échiquier. Pendant des cintres des rideaux, dont le fonctionnement restera ambigu, dévoilant ce qu'on croirait caché lorsque s'y projettent en gros plan des images de corps dévêtus ou de visages déformés, masquant en même temps la vérité par la distorsion ou l'éclatement de ces images. C'est un jeu cruel que narre dans son roman l'écrivain japonais Junichiro Tanizaki : insatisfaite par son mari vieillissant, une femme, Ikuko, retrouve le plaisir avec Kimura, le futur époux de sa fille, Toschi-Ko, et le mari sent revenir le désir sous l'aiguillon de la jalousie ; devenue veuve, elle ira habiter avec le jeune ménage pour que sa liaison continue, sous le regard consentant de Toschi-Ko. Par le biais d'un double journal intime, l'intrigue se reserre, jusqu'à l'insoutenable. Six ans après sa création, Bernard Cavanna remanie l'opéra tiré, avec le librettiste Daniel Martin, de ce roman sulfureux. D'un orchestre de quarante membres, il passe à une formation de dix-huit musiciens (Le Banquet, dirigé par son chef, Olivier Dejours), éclaircissant la trame instrumentale pour une meilleure compréhension du texte ; la musique, d'un extrême raffinement, fait alterner longues tenues, qui créent la tension, et moments paroxystiques, et Dejours en exploite les multiples couleurs. Menés d'une poigne de fer par Gustavo Frigerio, les quatre chanteurs, excellents, ont parfois du mal à se faire comprendre, mais l'absence de fosse d'orchestre du Théâtre Silvia Montfort engendre inévitablement un déséquilibre sonore qui les défavorise. Un peu longue dans sa deuxième partie, cette Confession impudique programmée par l'ARCAL et Opéra en Ile-de-France n'en est pas moins un spectacle de haute tenue, exigeant et captivant.




    Théâtre Silvia Montfort, Paris
    Le 25/02/2000
    Michel PAROUTY

    La Confession Impudique de Bernard Cavanna au Théâtre Silvia Montfort, Paris
    Direction musicale : Olivier Dejours.
    Mise en scène et décor : Gustavo Frigerio.
    Scénographie et images : Alain Fleischer.
    Avec Rayanne Dupuis (Ikuko), Jacques Bona (le Mari), Jean-Louis Meunier (Kimura), Anne-Sophie Duprels (Toshi-Ko).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com