altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 09 aoűt 2020

Reprise du Barbier de SĂ©ville de Rossini dans la production de Coline Serreau.

Le Barbier embastillé
© Eric Mahoudeau

Vivica Genaux est Rosina © Eric Mahoudeau

Reprise ce mois-ci de la très amusante production du Barbier de Séville de Coline Serreau. A priori, l'intérêt premier réside dans le renouvellement complet de l'équipe : Bruno Campanella cède la baguette à Jesus Lopez-Cobos et on attend le meilleur de Bruce Fowler et Vivica Genaux, respectivement Almaviva et Rosina.

 

Opéra Bastille, Paris
Le 27/01/2003
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'aube d'Ă©tĂ©

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On s'en souvient, la critique de la condition fĂ©minine voulue par la mise en scène de Coline Serreau manquait un peu son but ; ici, rien de changĂ©. Reste les dĂ©cors arabisants de StehlĂ© et Fontaine qui sont toujours aussi efficaces et surprenants.

    Reste aussi la caractérisation des personnages, mi-comédie musicale, mi-bande dessinée, dans l'ensemble bien servie par des artistes jeunes pour la plupart, mais généralement meilleurs comédiens que chanteurs. Et c'est là que le bât blesse.

    En particulier pour Bartolo dont Carlos Chausson avait fait une sorte de vilain petit derviche maigrichon et hargneux, tatillon et fouineur, et qui n'est ici avec Bruno Pratico qu'un gros mollah Ă  la voix terne et faible, rageur, certes, mais tout aussi statique.

    Le ténor américain Bruce Fowler, long et mince, campe un Almaviva juvénile, rigolo au possible. Il vocalise bien, mais la voix manque de charme et de couleur.

    Vivica GĂ©naux, qui dĂ©bute aussi Ă  l'OpĂ©ra de Paris, est très belle, ligne de danseuse et chevelure d'hĂ©taĂŻre. Que reprocher Ă  son interprĂ©tation vocale ? Pour elle aussi, un manque total de personnalitĂ©.

    Idem pour le Figaro de Vassili Gerello, comédien habile, mais qui éprouve le besoin de gonfler et de couvrir la voix par instant sans raison particulière. De manière assez curieuse, d'ailleurs, ils se montrent tous plus convaincants au deuxième acte, pourtant plus faible à tous égards que le premier.

    Jesus Lopez-Cobos dirige tout cela avec un soin très méticuleux et une belle vivacité, mais sans se rendre compte que ces voix légères sont facilement couvertes dans une salle de cette dimension, vraiment pas adaptée à ce répertoire. Bref, le Barbier se serait mieux porté à Garnier plutôt que de se laisser embastiller.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 27/01/2003
    GĂ©rard MANNONI

    Reprise du Barbier de SĂ©ville de Rossini dans la production de Coline Serreau.

    Orchestre de l'Opéra de Paris
    Direction : Jesus Lopez-Cobos
    Mise en scène : Coline Serreau
    DĂ©cors : Jean-Marc StehlĂ© et Antoine Fontaine
    Costumes : Elsa Pavanel

    Bruce Fowler (il conte d'Almaviva)- Bruno Pratico (Bartolo)- Vivica GĂ©naux (Rosina)- Vassili Gerello (Figaro)- Peter Rose (Basilio)- Giorgio Caodoro (Fiorello)- Jeannette Fischer (Berta)- Denis Aubry (un ufficiale).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com