altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 août 2017

Reprise du Barbier de Séville de Rossini à Munich.

Rosina de droit Diva

© Nightingale Classics- Susie Knoll

Faisons les comptes. La soprano colorature Edita Gruberova a débuté dans le Barbier de Séville en 1968. 35 ans plus tard, le 23 janvier 2003, elle chante encore la jeune Rosine au Staatsoper de Munich. Est-il bien raisonnable pour une artiste dont la carrière est si consommée de garder un tel rôle à son répertoire ?
 

Staatsoper, München
Le 23/01/2003
Olivier DENOYELLE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2017 (3) : Le poète parle

  • Salzbourg 2017 (2) : Wozzeck dans les tranchées

  • Salzbourg 2017 (1) : Tout le monde se lève pour Currentzis

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Tout se passe comme si le temps n'avait pas de prise sur la diva slovaque. Non seulement, elle reste très crédible en scène, mais sa performance occulte tout ce que peuvent faire les autres coloratures du moment. Ce jugement peut paraître excessif. Soit. Mais qui, aujourd'hui, peut maîtriser avec une telle aisance les vocalises du chef-d'oeuvre de Rossini ?

    Il ne s'agit pas seulement d'un catalogue d'arpèges sans fin, de roulades acrobatiques et de notes suraiguës étincelantes (la diva vocalise jusqu'au contre fa avec une facilité confondante). Edita Gruberova fait plus. Elle met tout cela au service de la musique et du personnage.

    Le résultat est incroyable. Sa Rosine est une jeune fille espiègle de 15 ans qui s'amuse comme une folle. Elle prend un malin plaisir à faire une série de pieds de nez à Bartolo, elle aime Almaviva et ne doute jamais pouvoir l'épouser.

    On la comprend en partie, en partie seulement. Le conte, c'est un jeune ténor italien : Luigi Petroni. Il a le physique et l'âge du rôle, mais sur scène, il reste un peu emprunté. Pourtant, il maîtrise la partition avec une voix légère et agile. Mais le timbre manque sérieusement de séduction.

    À l'opposé, Martin Gantner a du tempérament à revendre et un timbre généreux. Dès son premier air, il fait un tabac. Bartolo est souvent distribué à un baryton en fin de carrière, là ou le jeu compense les carences de la voix. Enric Serra ne répond pas à ce schéma : voix et abattage scénique vont de paire. Il incarne tour à tour un Bartolo, barbon, revêche, tendre, mais toujours bien chantant.

    Les seconds rôles sont honnêtes, Basilio évite d'en faire des tonnes dans l'air de la calomnie. Berte joue à merveille de son physique (une servante acariâtre longue et sèche), mais la voix sert assez mal son unique aria.

    L'orchestre est vif et séduisant, laissant la place à quelques belles interventions solistes dans l'ouverture. La mise en scène classique est assez efficace. Tous les personnages sont dessinés avec justesse et ce jusqu'au rôle muet du serviteur de Bartolo. Ferry Gruber est un Ambriogio vieillissant, tremblotant et enrhumé et surtout très drôle.

    Le seul bémol vient des deux décors. Il y a d'abord la façade de la maison de Bartolo avec balcon et jalousie. Puis, un plateau tournant fait découvrir un interieur sommairement meublé.

    Tout cela est classique et fonctionnerait bien si les matériaux n'avaient pas si mal vieilli. Mais à force d'avoir été montés et démontés tout semble fané et sali. Les années marqueraient-elles plus les décors que la Diva ?




    Staatsoper, München
    Le 23/01/2003
    Olivier DENOYELLE

    Reprise du Barbier de Séville de Rossini à Munich.
    Choeur et orchestre Staatsoper de Munich
    Direction Ralf Weikert
    Mise en scène Ferruccio Soleri

    Avec Almaviva (Luigi Petroni), Bartolo (Enric Serra), Rosina (Edita Gruberova), Figaro (Martin Gantner), Basile (Umberto Chiummo), Fiorello (Jan Zinkler), Ambrogio (Ferry Gruber), Berta (Anne Pellekoorne).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com