altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 06 juillet 2020

Spectacle L'Amante par l'ensemble Mora Vocis à l'église Saint-Roch, Paris.

Amour au Moyen-Age

Dans le concert médiéval qui, ces dernières années, s'est soudainement ouvert aux voix de femmes, Mora Vocis occupe assurément une place à part, consacrant par exemple une partie de ses programmes à de véritables spectacles avec mise en espace, voire franchement en scène. Ce fut le cas à l'église Saint-Roch.
 

Eglise Saint-Roch, Paris
Le 14/03/2003
Isabelle APOSTOLOS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Réouverture

  • Des ténèbres à la lumière

  • Réchauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • D'emblée, on sait qu'il ne s'agira pas d'un concert banal. L'église fut entièrement chamboulée pour l'occasion, où les six chanteuses de l'ensemble ont évolué dans « un cadre de pierre et de lumière » fait de pierres, bougies et autres lanternes très esthétiques savamment disséminées de par l'église. Se séparant ou se réunissant au gré du programme, sortant ou entrant dans le cercle de lumière et de pierre, les membres de l'ensemble ont obligé le public à une attention de tous les instants.

    Côté musique, le programme a été pensé (le mot n'est pas trop fort) pour évoquer l'amour mystique, faisant appel à de larges passages du Cantique des Cantiques. Mora Vocis a chanté Hildegard von Bingen bien sûr, figure emblématique de ce Moyen-Age au féminin, mais aussi nombres de pages contemporaines : Anne-Marie Deschamps, Jean-Jacques Di Tucci ou Klaus Huber font partie des compositeurs ayant écrits des oeuvres spécifiquement pour l'ensemble. On gardera le souvenir notamment des Cantiones "De circulum gyrante" de Klaus Huber, ou encore de la mise en musique du Cantique des Cantiques par Jean-Jacques Di Tucci.


    Naturellement, aussi bien conçu qu'il soit, un concert resterait pure velléité sans des interprètes à la hauteur, et dans ce domaine, Mora Vocis n'a pas déçu ses « fans ». Vêtues de somptueuses robes pourpres, nos chanteuses ont habilement « habité » l'église, se mouvant au gré des besoins de la mise en espace, composant des tableaux aussi bien spatiaux que vocaux bien dessinés, et créant ainsi une spatialisation rendue encore plus irréelle par la forte réverbération de Saint-Roch. La présence de voix uniquement féminine n'a pas peu joué en ce sens. Les accidents vocaux ont été suffisamment rares et modestes pour que l'on ne s'y arrête pas. On retiendra plutôt l'engagement dramatique et l'entente évidente des chanteuses, leur timbre aérien et leur technique très assurée (particulièrement dans des aigus souvent périlleux, mais ici parfaitement exécutés).

    Au terme d'une telle soirée, on comprend mieux ce que l'amour peut avoir de lumineux, qu'il soit mystique ou plus profane.




    Eglise Saint-Roch, Paris
    Le 14/03/2003
    Isabelle APOSTOLOS

    Spectacle L'Amante par l'ensemble Mora Vocis à l'église Saint-Roch, Paris.
    Ensemble Mora Vocis

    L'Amante
    Œuvres de Hildegard von Bingen, Anne-Marie Deschamps, Jean-Jacques di Tucci, Klaus Huber, Caroline Marçot, Daniel Meier.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com