altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 10 décembre 2019

Nouvelle production du Comte Ory de Rossini à l'Opéra Comique, Paris.

Entre Disneyland et l'Opéra de Paris

Telle est la place que, lors de la « fausse première » du Comte Ory, le 26 février (la soirée du 25 avait été annulée du fait d'un mouvement des intermittents), Jérôme Savary a désignée à l'Opéra-Comique. Pourquoi pas, après tout ? Les Américains de Disneyland sont de grands professionnels ; Savary, aussi. L'Opéra de Paris est un nom, un mythe avant même d'être une réalité ; Savary, aussi.
 

Opéra Comique - Salle Favart, Paris
Le 26/02/2003
Anne-BĂ©atrice MULLER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort Ă  Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • C'est sur ce nom qu'une partie du public s'Ă©tait dĂ©placĂ© (remarque entendue au foyer, Ă  l'entracte) ; c'est pour Rossini que des belcantistes acharnĂ©s Ă©taient venus ; c'est pour Annick Massis que beaucoup avaient pris leur billet. La composition de cette salle est, somme toute, emblĂ©matique du travail de JĂ©rĂ´me Savary : il s'agissait de ne dĂ©cevoir personne. Et comme il n'est pas facile de plaire Ă  tout le monde, certains ont pu ne pas y trouver leur compte. Comme si le spectacle, au demeurant drĂ´le et rĂ©ussi, avait Ă  tous Ă©gards manquĂ© de folie. Surtout au premier acte, assez classiquement mis en scène dans les jolis dĂ©cors et les costumes colorĂ©s d'Ezio Toffolutti, on ne voyait pas bien clairement la diffĂ©rence avec la très traditionnelle production de John Cox, montĂ©e ici mĂŞme par Éric VigiĂ© en 1997 et dĂ©jĂ  chantĂ©e, Ă  l'Ă©poque, par Annick Massis dans le rĂ´le de la comtesse Adèle (elle Ă©tait, Ă  l'Ă©poque, accompagnĂ©e de Rockwell Blake en comte Ory).

    Il faut dire que ce Comte Ory a d'abord été créé pour le festival de Glyndebourne : comme presque toujours dans ce cas, il était fatal qu'il perde de son sel et de ses effets bucoliques (sages bovins circulant dans le lointain, festivaliers en tuxedo et en retard déambulant au milieu du choeur
    ) en intégrant les murs de l'Opéra-Comique. Même si le deuxième acte est plus inventif, avec la bonne idée du lit « érectile » où la Comtesse subit les assauts de son page, lui-même livré à ceux du Comte déguisé en nonne. Ambiguïté maîtrisée, érotisme subtil et malin, la scène est une des plus réussies de la soirée.


    Vocalement et scéniquement, Annick Massis est au sommet de son talent. Le timbre et la projection sont irréprochables. Lumineuse, enjouée, élégante, tour à tour tendre et offusquée, la Comtesse – est-ce le déshabillé de satin du second acte qui nous fait dire cela ? – a déjà l'étoffe d'une Maréchale. Même s'il est, convenons-en, périlleux de comparer Strauss et Rossini.

    Mais, là encore, pourquoi pas ? Malgré la direction, tambourinante, du très jeune chef sicilien Antonino Fogliani à la tête de l'Ensemble orchestral de Paris (est-ce parce qu'il est un clone du compositeur que Jérôme Savary l'a choisi ? on serait tenté de le croire), la partition a des accents de tendresse et de délicatesse pour ainsi dire viennois. Ce qui n'est, du reste, pas si paradoxal, puisqu'elle est largement reprise du très européen Voyage à Reims, composé en 1825, en France, pour le sacre de Charles X


    Le reste de la distribution se tient. Certes, Marc Laho n'est pas entièrement à l'aise avec les aigus du Comte, mais il faut dire que le rôle est redoutable. Marc Barrard, Raimbaud, est drôle et précis. Nicolas Cavallier, qui remplace Denis Sedov défaillant dans le rôle du Gouverneur, a une voix noble et bien placée ; l'acteur est tout à fait convaincant. Anna Steiger, Dame Ragonde, qui sort de la Cenerentola du Palais-Garnier, est un peu perdue dans un rôle de duègne qui ne sied pas vraiment à sa vis comica. Enfin, le page d'Isabelle Cals est fin et charmant ; dommage, juste, que son élocution ne soit pas toujours très compréhensible.



    En définitive, Jérôme Savary signe là une production qui, si elle n'est sans doute pas destinée à rester dans les annales, se laisse voir et entendre avec grand plaisir.




    Opéra Comique - Salle Favart, Paris
    Le 26/02/2003
    Anne-BĂ©atrice MULLER

    Nouvelle production du Comte Ory de Rossini à l'Opéra Comique, Paris.
    Le Comte Ory, opéra en deux actes de Giacchino Rossini

    Mise en scène : Jérôme Savary
    Direction musicale : Antonino Fogliani
    DĂ©cors et costumes : Ezio Toffolutti
    Lumière : Alain Poisson
    Études musicales : Éliane Manchet
    Chef de choeur : Yves Parmentier
    Assistante à la mise en scène : Frédérique Lombart

    Ensemble orchestral de Paris

    Avec Marc Laho (le comte Ory), Marc Barrard (Raimbaud), Nicolas Cavallier (le Gouverneur), Rodolfo Cavero (premier coryphée), Guy Vives (deuxième coryphée), Annick Massis (la comtesse Adèle), Isabelle Cals (Isolier), Anna Steiger (Dame Ragonde), Lys Nordet (Alice).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com