altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 29 février 2020

Concerts de l'Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction de Pierre Boulez au festival de Lucerne.

Lucerne 2002 (1) :
Le sacre de Pierre Boulez

© Marie Noelle Robert

Dès la parution de la plaquette officielle du Festival de Lucerne 2002, les mélomanes et journalistes du monde entier se sont rués sur le service de réservation des billets : trois concerts de Boulez dans des oeuvres parmi ses favorites, à la tête du plus rénommé des orchestres de la planète, cela sentait à plein nez l'événement musical.
 

Konzertsaal, Kultur- und Kongresszentrum, Luzern
Le 01/09/2002
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Pas si muet

  • Le retour de Boieldieu

  • Avec ombre‚Ķ

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Nous n'avons pu, faute de place, assister au premier des trois concerts. Mais √† l'√©coute d'Am√©riques de Var√®se cataclysmiques retransmises en direct sur une radio locale, on pr√©ssentait assez la qualit√© des deux concerts √† venir.

    Le premier, regroupant Le Mandarin Merveilleux et Daphnis et Chloé, tous deux dans leur version intégrale, allait combler nos attentes. Pourtant, dans Bartók, Boulez semble au départ un peu sur la réserve, mais des cordes en acier trempé - bien plus électriques et tranchantes que dans son dernier enregistrement avec Chicago - effacent vite la relative neutralité du début. Libérant l'énergie d'un orchestre bridé jusque-là, le chef français donne une Scène de l'oreiller d'une tension à couper le souffle, fruit d'une radiographie éclatante de la partie de percussions, presque bruitiste.

    S'ensuit un Daphnis √©blouissant de clart√©, de finesse, de vigueur rythmique et de sonorit√©s envo√Ľtantes - des bois diaphanes - √† la mise en place impeccable et au sens narratif digne des plus grands conteurs - un lever de soleil presque visuel. On comprend alors pourquoi le Philharmonique de Berlin est consid√©r√© comme le meilleur orchestre du monde, m√™me si on en doutait un peu depuis la mort de Karajan.

    Abbado est certes un artiste accompli, mais il n'est pas de ces chefs qui réussissent à transcender un orchestre. Et c'est bien de transcendance qu'il s'agit ici, dans une Danse générale effrénée, au crescendo final vertigineux. Le CD Deutsche-Grammophon avait réglé d'un revers de la main la question de la discographie entière du ballet de Ravel. Le concert, à niveau technique comparable, est encore plus grisant.

    La deuxi√®me soir√©e, √† trop attendre le Sacre, on s'impatiente pendant Eclat/Multiples, pi√®ce √† l'orchestration sublime, mais bavarde, comme bien des oeuvres du Ma√ģtre fran√ßais. Les Symphonies d'intruments √† vent qui suivent sont le tremplin id√©al pour aborder un chef-d'oeuvre de l'ampleur du Sacre.


    Un Sacre "rouleau compresseur"

    On est alors médusé devant une Philharmonie de Berlin complètement galvanisée par un Pierre Boulez au sommet de son art. Son enregistrement le plus récent, Deutsche Grammophon 1991, est souvent considéré, à juste titre, comme inférieur à celui de 1969, le chef français privilégiant par trop l'analyse et la plastique du son au détriment de la sauvagerie nihiliste de la partition.

    A Lucerne, on trouve toujours les qualit√©s de p√©n√©tration du texte musical qui sont la marque de fabrique de Boulez, mais le d√©cha√ģnement √©l√©mentaire et la brutalit√© ancestrale du Sacre, qu'on croyait plus l'apanage des Svetlanov, Markevitch, Bernstein ou Salonen, sont ici √©crasants. La puissance ph√©nom√©nale des Berliner semble illimit√©e, notamment dans une Danse de la Terre au crescendo final panique, d√©flagrant, laissant la salle h√©b√©t√©e.

    Le travail de répétition de Boulez est tout entier consacré à des considérations techniques comme l'intonation, la balance instrumentale, la propreté de la mise en place. Une fois ces paramètres réglés, le chef français laisse l'orchestre sonner à sa manière. Et ici, l'apport des Berliner à sa lecture produit le même miracle que la veille.

    Au disque, tout ce qui manquait de tranchant, d'√©clat, d'ar√™tes vives, saute ici √† la gorge. Mais que les tremblements de terre boul√©ziens sont habillement contr√īl√©s, et jamais on n'a l'impression que l'orchestre est au bout de ses possibilit√©s, ni qu'un d√©rapage va survenir.

    L'auteur du Marteau sans Ma√ģtre dirige toujours avec un geste minimal, mais d√®s lors qu'il met en relief tel accent, le son renvoy√© par l'orchestre est √©clatant, jusque dans une parfaite ma√ģtrise de la Danse Sacrale, comme toujours assez lente mais d'une incroyable cruaut√© : cuivres chauff√©s √† blanc, percussions fracassantes.

    Le mélange d'une lecture implacable, de style rouleau compresseur, allié à la sauvagerie d'un orchestre illimité en dynamique produit un Sacre inoubliable, de ces concerts dont on reparle vingt ans après avec le même enthousiasme. De quoi clouer le bec à tous ceux qui pensent que Boulez n'est capable que de froide cérébralité.




    Konzertsaal, Kultur- und Kongresszentrum, Luzern
    Le 01/09/2002
    Yannick MILLON

    Concerts de l'Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction de Pierre Boulez au festival de Lucerne.
    31 ao√Ľt :
    Béla Bartók (1881-1945)
    Le Mandarin merveilleux, pantomime en un acte Sz73

    Maurice Ravel (1875-1937)
    Daphnis et Chloé, symphonie chorégraphique en trois parties

    1er septembre :
    Pierre Boulez (*1925)
    Eclat-Multiples, pour 27 instruments

    Igor Stravinski (1882-1971)
    Symphonies d'instruments à vent
    Le Sacre du Printemps, tableaux de la Russie pa√Įenne en deux parties

    Schweizer Kammerchor
    Berliner Philharmoniker
    direction : Pierre Boulez

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com