altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 juillet 2020

Cycle "Vents anciens et vents modernes" à l'Auditorium du Louvre, Paris.

Original et fort

Programme peu commun pour ce concert du cycle ¬ę Vents anciens, vents modernes ¬Ľ √† l¬ĎAuditorium du Louvre. Avec par contre des musiciens connus, Paul Meyer, Brigitte Engerer et Fran√ßois Salque : il n'en fallait pas moins pour rehausser la beaut√© de la musique.
 

Auditorium du Louvre, Paris
Le 23/04/2003
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • R√©ouverture

  • Des t√©n√®bres √† la lumi√®re

  • R√©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Hormis le Trio en si b√©mol majeur op.11 de Beethoven, la plupart des oeuvres jou√©es sortaient du r√©pertoire courant. Servant d'ouverture la soir√©e, ce Trio avait l'avantage d'√™tre propos√© dans sa version originale avec clarinette, celle-ci √©tant g√©n√©ralement remplac√©e par le violon, le compositeur ayant effectu√© lui-m√™me cette transposition. Interpr√©tation tr√®s exacte des trois instrumentistes, avec seulement peut-√™tre un peu trop de discr√©tion sonore de la part de Fran√ßois Salque. Probl√®me d'instrument ou de projection du son ? Simple d√©s√©quilibre face aux deux grands temp√©raments que sont Brigitte Engerer et Paul Meyer ?

    Cela fut moins sensible dans le Trio opus 120 de Fauré, mais de nouveau un peu dans les emportements post-romantiques du trio en ré mineur de Zemlinsky. François Salque est un musicien subtil, précis. Mais il a semblé ce soir-là manquer légèrement d'éclat et d'investissement en comparaison de la générosité et de l'abattage de ses deux partenaires.

    Il faut reconna√ģtre qu'il n'est pas facile de s'imposer avec deux artistes de la trempe d'Engerer et de Meyer. La premi√®re reste cette formidable pianiste √† la personnalit√© unique, qui parvient √† faire de la musique de chambre sans rien perdre de son rayonnement de soliste. Elle ne cherche jamais √† √©craser les autres, mais elle existe, tout simplement, avec une force et une v√©rit√© dues √† un jeu toujours aussi profond et √©clatant et √† une lucidit√© analytique confondante.

    Les mêmes qualificatifs pourraient être appliqués à Meyer, aussi impérieux dans les trios que dans la Rhapsodie de Debussy, traitée dans des couleurs exceptionnelles, ou que dans ces très belles pièces pour clarinette seule Eliott Carter qui prenaient un relief particulier dans un programme comme celui-ci.

    On découvre peu à peu Zemlinsky en France. Qui s'en plaindrait, même si sa musique de chambre a besoin d'être solidement défendue pour résister aux comparaisons que l'on ne peut manquer de faire avec ses contemporains
    comme Fauré par exemple !






    Auditorium du Louvre, Paris
    Le 23/04/2003
    Gérard MANNONI

    Cycle "Vents anciens et vents modernes" à l'Auditorium du Louvre, Paris.
    ¬Ćuvres de Beethoven, Faur√©, Carter, Zemlinsky, Debussy.

    Paul Meyer, clarinette
    François Salque, violoncelle
    Brigitte Engerer, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com