altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 aoűt 2020

Version de concert du Roi Roger de Szymanowski au Théâtre du Châtelet.

Vers le pays de l'Ă©ternelle ivresse
© Radio-France

L'intérêt des opéras donnés en version de concert est indiscutablement de favoriser l'audition d'oeuvres rares en se concentrant sur la partition, hors de toute évasion suggérée par l'image. Mais le genre a ses limites, et certaines oeuvres en appellent à une vision scénique pour y trouver leur cohérence et donner du sens à l'histoire qu'elles racontent, notamment Le Roi Roger du polonais Karol Szymanowski.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 25/04/2003
Françoise MALETTRA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'aube d'Ă©tĂ©

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le Roi Roger Ă©tait transformĂ© ce soir-lĂ  en symphonie concertante pour solistes et choeur, superbe, certes, mais semblant singulièrement Ă©trangère au poème de Jaroslaw Iwaszkiewic, et aux questions essentielles qu'il pose. Celles de Roger, roi très chrĂ©tien dans la Sicile du XIIe siècle, et austère garant du dogme, converti aux mystères dionysiaques après qu'un jeune berger, se disant messager d'un dieu d'amour venu d'orient, lui aura rĂ©vĂ©lĂ© l'existence d'un autre monde gouvernĂ© par les plaisirs et le culte de la beautĂ© en toute chose, et oĂą la nature est souveraine. Celles de Roxane, la reine, qui voit enfin s'ouvrir le ciel et succombe au discours du berger qu'elle suivra dans un long parcours initiatique.

    Mais Szymanowski avertit : « J'ai écrit une symphonie à programme, dont le récit restera secret pour tout le monde. Qu'on le devine ! » Entre mysticisme et extase charnelle, la musique se déploie dans une opulence et une sensualité traversée par les séductions d'un Orient de légende, et en même temps par l'évidente fascination exercée sur le compositeur par Debussy, Scriabine et Stravinski.

    L'Orchestre Philharmonique et le choeur de Radio France plongent avec volupté dans cet univers somptueux et panthéiste, dopés par la direction fougueuse du finlandais Jukka-Pekka Saraste. On attendait, dans le rôle-titre, le baryton américain Thomas Hampson, empêché, mais son absence a permis au polonais Wojek Drabowicz de se montrer un Roi Roger impressionnant de puissance et d'intelligence musicale, qui atteint à la grandeur dans la scène finale où le roi, s'élevant au-dessus des querelles idéologiques, décide d'en finir en s'offrant à
    Apollon.

    A ses côtés, sa compatriote Tatiana Maria Pozarska apporte au personnage de la Reine la fraîcheur et la luminosité d'un timbre d'une pureté rare. Malgré quelques moments périlleux, il faut reconnaître une belle vaillance au jeune ténor Ryszard Minkiewicz pour être sorti vainqueur des pièges d'une tessiture à la limite de l'exploit.

    Une soirée en forme d'ambassade bien conduite pour la grande saison musicale polonaise prévue à Paris en 2004, et un bien beau voyage vers le pays de l'éternelle ivresse.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 25/04/2003
    Françoise MALETTRA

    Version de concert du Roi Roger de Szymanowski au Théâtre du Châtelet.
    Karol Szymanowski (1882-1937)
    Le Roi Roger
    Opéra en trois actes
    Livret de Jaroslaw Iwaszkiewicz
    Crée le 19 juin 1926 au Grand Théâtre de Varsovie
    Version de concert

    Wojtek Drabrowicz : Roger, Roi de Sicile
    Tatiana Maria Pozarska : Roxana
    Ryszard Minkiewicz : le Berger
    Rafal Siwek : l'ArchevĂŞque
    Jadwiga Rappé : une Abbesse

    Choeur de Radio France
    direction : Norbert Balatsch
    Maîtrise de Radio France
    direction : Toni Ramon

    Orchestre Phiharmonique de Radio France
    direction : Jukka-Pekka Saraste

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com