altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 septembre 2018

Pierre Boulez et Vienne au Théâtre des Champs Elysées

Pierre Boulez bis repetita
© Orchestre de Paris

Pierre Boulez

Pierre Boulez dirige l'Orchestre Philharmonique de Vienne dans un programme Webern, Schönberg, Bartok, Une introduction idéale au répertoire qu'il défend depuis toujours.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 23/10/1999
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Lucerne 2018 (2) : Ainsi parlait Thomas Rolfs

  • Grandeur et carences

  • Lucerne 2018 (1) : Haute voltige

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Chaque apparition de l'Orchestre Philharmonique de Vienne au Théâtre des Champs Elysées est un événement. Lorsque Pierre Boulez est au pupitre, on se doute que le public redouble d'attention. Pour l'occasion, Boulez a concocté un programme qui est fort probablement la meilleure introduction qu'on puisse rêver à la musique du XXe siècle. La Passacaille pour orchestre constitue l'Opus 1 d'Anton Webern. ?uvre de jeunesse (1908) qui, à travers le genre de la variation, fait déjà figure de manifeste du langage de l'Ecole de Vienne, elle oblige l'orchestre à surmonter des difficultés inouïes pour en faire ressortir la précision et le lyrisme. La Nuit transfigurée de Schönberg, dans son ultime version pour grande formation, est encore plus poignante que dans sa conception originale pour sextuor à cordes, même jouée, comme ici, avec un refus de l'effet évident. Tout entière consacrée au Concerto pour orchestre de Bela Bartok, la deuxième partie du concert déconcerte. L'Introduction et l'Élégie (premier et troisième mouvements) ne sont pas exempts de sécheresse, et du coup, l'aspect composite de l'ouvrage en est renforcé. Est-ce une idée ? Il m'a semblé que les cordes viennoises, d'ordinaire si séduisantes, avaient perdu une partie de leur brillant. Mais le Jeu des couples est fascinant, l'Intermezzo interrotto suffisamment grinçant, et le Finale enlevé avec éclat. Boulez a voulu faire mentir ceux qui affirmaient qu'il ne donnait jamais de bis ; Fêtes (extrait des Nocturnes) de Debussy, n'a rien ajouté à la gloire d'une soirée imparfaite mais passionnante.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 23/10/1999
    Michel PAROUTY

    Pierre Boulez et Vienne au Théâtre des Champs Elysées
    Orchestre Philharmonique de Vienne
    Direction musicale : Pierre Boulez

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com