altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 novembre 2019

Reprise de Tosca à l'Opéra Bastille

Tosca un peu perdue
© Eric Mahoudeau

Ouverture de saison à l'Opéra Bastille avec un spectacle maintenant bien connu, car la production de Werner Schroeter en est à sa énième reprise. La mise en scène n'a jamais fait l'unanimité, et dépend en grande partie des chanteurs impliqués. C'est pourquoi on attendait de pied ferme les débuts à l'Opéra de Paris de Fiorenza Cedolins en cantatrice jalouse.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 15/09/2003
Yutha Tep
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le Grand PrĂŞtre de Bizet

  • Guère Ă  l’affĂ»t

  • MĂ©lancolie d’estampes

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le disque l'a prouvĂ© : Cedolins possède, a priori, tout ce qu'il faut pour ĂŞtre une grande Tosca. C'est elle qui fait l'intĂ©rĂŞt du rĂ©cent coffret Deutsche Grammophon, face au Caravadossi problĂ©matique d'Andrea Bocelli, ou mĂŞme du Scarpia de Carlo Guelfi. A l'OpĂ©ra Bastille, l'ampleur des moyens est Ă©vidente, avec une arrogance impressionnante dans la projection du medium. Belle, longue, bien menĂ©e, la voix est somptueuse. Un peu plus de rayonnement dans l'aigu, et l'on tiendrait lĂ  une quasi-rĂ©fĂ©rence moderne. Mais la mise en scène de Werner Schroeter n'est pas sans poser des difficultĂ©s redoutables Ă  ses artistes. Exploitant de manière assez simple le grand plateau de Bastille, elle joue sur la simplicitĂ© : celle des dĂ©cors en premier lieu, atelier de peinture au premier acte, antre de Scarpia au deuxième, et Saint-Ange au dernier (avec toujours cet immense ange suspendu qui surplombe la scène, et dont on cherche encore la signification prĂ©cise). Et c'est lĂ  que le bât blesse.


    Jetés dans ce dépouillement, sans pour autant bénéficier d'une direction d'acteur véritable, les chanteurs semblent se débrouiller avec ce qu'ils ont de répères théâtraux individuels. C'est Fiorenza Cedolins qui en souffre le plus, multipliant les poses entendues et les gestes superflus : il est vrai que ses devancières, Nelli Miricioiu en tête, ne s'en sortaient guère mieux. A l'opposé, son Caravadossi – Marcello Giordani – est un comédien honorable, et une réelle présence scénique compense les approximations d'un instrument bien éprouvé par des rôles très lourds : si les paroxysmes ne l'effraient pas, le ténor rencontre certaines difficultés à alléger sa voix et ses efforts louables dans E lucevan le stelle ne trouvent pas une récompense à la hauteur des intentions. Fort attendu également, Falk Stuckmann s'avère tout aussi bon acteur, et si son identité vocale n'est pas totalement celui de Scarpia, son personnage revêt une apparence inquiétante, avec une noirceur glaciale.


    Glacial n'est certes pas le qualificatif qu'on utiliserait pour décrire la direction de Marcello Viotti. Le chef italien est un vieux routier des scènes lyriques, et dès les premières mesures, on comprend que son maître-mot est l'efficacité dramatique. Mais est-il besoin d'étirer si déraisonnablement les tempi des « tubes » dans le souci évident de laisser les chanteurs donner leur pleine mesure ? Chef théâtral, Viotti oublie un peu trop vite les jeux de timbres qu'un grand technicien de l'orchestre pourrait magnifier : l'Orchestre de l'Opéra a montré, l'an passé, un superbe éventail de couleurs pour peu qu'on sache le solliciter.

    Au total, cette reprise laisse un peu sur sa faim, mais ne boudons pas notre plaisir : le beau chant a bel et bien prévalu, et l'opéra, n'est-ce pas cela avant tout ?




    Opéra Bastille, Paris
    Le 15/09/2003
    Yutha Tep

    Reprise de Tosca à l'Opéra Bastille
    Tosca
    Opéra de Giacomo Puccini

    Direction musicale : Marcello Viotti
    Mise en scène : Werner Schroeter
    DĂ©cors & costumes : Alberte Barsacq
    Lumières : André Diot

    Choeurs & orchestre de l'Opéra de Paris
    Avec Fiorenza Cedolins (Flora Tosca), Marcello Giordani (Mario Caravadossi), Falk Struckmann (Scarpia), Michael Druiett (Angelotti), Christian Jean (Spoletta), Michel Trempont (le sacristain).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com