altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 juin 2019

Concert de l'Orchestre Philharmonique de Chine au Palais Garnier, Paris.

Quand la Chine s'ouvre

Cette saison, on sera chinois. Ce premier concert à l'Opéra de Paris de l'Orchestre Philharmonique de Chine ouvre une longue série de manifestations en tous genres qui marqueront cette Année de la Chine que l'épidémie de SARS avait failli mettre en péril.
 

Palais Garnier, Paris
Le 16/09/2003
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Naufrage en musique

  • Un Rigoletto d’avenir

  • Une tragĂ©die dĂ©mythifiĂ©e

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dans un dĂ©cor rouge et or, très adĂ©quat, l'impressionnante masse des musiciens chinois n'a pu que forcer notre admiration. Doit-on en pareil cas se livrer Ă  une analyse dĂ©taillĂ©e et comparative de l'interprĂ©tation de chaque oeuvre ? Sans doute pas. Ce serait injuste pour une formation crĂ©Ă©e en 2000 seulement, sur la base il est vrai de l'Orchestre Symphonique de la Radiodiffusion Chinoise. D'ailleurs, on est d'emblĂ©e sĂ©duit devant les choix d'un programme qui implique une belle habitude Ă  la fois technique et sensible de la musique occidentale.

    Mais il ne faut pas s'en étonner. Déjà, lors d'un voyage en 1981, nous avions été un groupe de journalistes à assister à un concert des élèves du Conservatoire de Pékin, dans les bâtiments de cette institution, et nous avions été aussi étonnés qu'émus d'entendre ces jeunes gens chanter ou jouer pour nous Debussy, Saint-Saens, Ravel, Massenet ou Berlioz.

    Bien du chemin a encore été fait depuis, puisque, après Le reflet de la lune dans la fontaine Erquan, pièce très harmonieuse aux sonorités bien asiatiques signée Hua Yanjun, l'orchestre, sous la direction de son chef Long Yu, jouait la superbe mais épineuse Symphonie n°4 de Penderecki. Cette partition d'une écriture orchestrale aussi inspirée que complexe fut traduite avec une infinie précision, beaucoup de fidélité au texte et mit en valeur la plupart des pupitres dans une belle variété de nuances et de couleurs.


    En deuxième partie, ce fut Le chant de la Terre, de Mahler qui permit d'apprécier les très belles qualités vocales et musicales du baryton Changyong Liao, lauréat notamment du Concours Domingo. Un artiste sensible, intelligent et doté d'une voix homogène, timbrée et parfaitement menée. Un peu moins à l'aise, le ténor Warren Mok a aussi des vrais moyens, mais sans doute mieux adaptés à un autre répertoire.

    Chef, solistes et musiciens ont donc prouvé leur capacité à aborder ce répertoire devant un public habitué à l'entendre joué par des interprètes élevés dans cette culture et cette civilisation. Nul doute qu'avec la volonté de pratiquer des oeuvres difficiles, souvent contemporaines, l'Orchestre Philharmonique de Chine ne tardera guère à compter parmi les formations mondiales de prestige les plus polyvalentes.




    Palais Garnier, Paris
    Le 16/09/2003
    GĂ©rard MANNONI

    Concert de l'Orchestre Philharmonique de Chine au Palais Garnier, Paris.
    Orchestre Philharmonique de Chine

    Hua Yanjun
    Reflet de lune dans la fontaine Erquan

    Kryszstof Penderecki
    Symphonie n°4

    Gustav Mahler
    Le chant de la Terre

    Long Yu, direction
    Warren Mok, ténor
    Changyong Liao, baryton.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com