altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 02 juillet 2020

Récital Fauré par Jérôme Corréas, BBF, Paris

Les mélodies pudiques de Fauré
© Thomas Fortin

Surprise ! Jérôme Corréas dont la réputation n'est plus à faire en tant qu'interprète baroque auprès de William Christie, Christophe Rousset, Jean-Claude Malgoire ou Sigiswald Kuïjken est également un mélodiste averti. Une voix simple, directe, sans affectation mais dotée une grande sagacité agogique.
 

Bibliothèque Nationale, Paris
Le 07/03/2000
Michèle LARIVIERE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Des ténèbres à la lumière

  • Réchauffement climatique

  • Pas si muet

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ce récital était placé sous le signe du deuil et de l'amour. Il offrait un parcours des premières mélodies de Fauré (1873) au début des |uvres de maturité, soit le passage du romantisme proche de la romance aux harmonies plus raffinées et originales (1878/1884) qui feront le style inimitable du compositeur.Jérôme Corréas a saisi à merveille l'esprit de ces mélodies, en conservant le charme de la première manière de Fauré, dans les 3 Mélodies opus 6. Un côté petit garçon sage et gentil, nuancé, mais sans effet, dans Aubade, Tristesse et Sylvie dont l'écriture pianistique proche des barcarolles fut très bien rendu par Jeff Cohen, ainsi que le bel Arpège de l'opus 76. De l'interprétation du baryton-basse français, on retient la délectation du mot et la mise en valeur de la sensualité harmonique de Fauré dans les mélodies plus tardives comme Les Roses d'Ispahan (opus 39) ; le tout, sans jamais se départir d'une pudeur typiquement fauréenne. Sa technique très sûre lui procure non seulement une belle homogénéité de voix sur la longueur de sa tessiture, mais son talent de conteur et sa diction impeccable ajoutent une puissance magnifique, voire violente dans le Voyageur, Fleur Jetée ou encore dans le célèbre Automne (opus 18) ; toutes des mélodies sur des poèmes d'Armand Sylvestre. Pour faire écho à Fauré, le programme proposait aussi 4 mélodies d'après "l'intermezzo" Heine de Ropartz (1899), autre compositeur influencé par Wagner, un cycle très prenant encadré par le glas du Dies Irae qui confirmait ce sentiment de plénitude et de simplicité en entendant la voix profonde de Jérôme Corréas.




    Bibliothèque Nationale, Paris
    Le 07/03/2000
    Michèle LARIVIERE

    Récital Fauré par Jérôme Corréas, BBF, Paris
    Mélodies de Gabriel Fauré
    (dans la cadre l'intégrale programmée à la Bibliothèque Nationale de France)
    Jérôme Corréas,baryton-basse
    Jeff Cohen, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com