altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 10 décembre 2019

Récital Fauré par Jérôme Corréas, BBF, Paris

Les mélodies pudiques de Fauré
© Thomas Fortin

Surprise ! Jérôme Corréas dont la réputation n'est plus à faire en tant qu'interprète baroque auprès de William Christie, Christophe Rousset, Jean-Claude Malgoire ou Sigiswald Kuïjken est également un mélodiste averti. Une voix simple, directe, sans affectation mais dotée une grande sagacité agogique.
 

Bibliothèque Nationale, Paris
Le 07/03/2000
Michèle LARIVIERE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort Ă  Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ce rĂ©cital Ă©tait placĂ© sous le signe du deuil et de l'amour. Il offrait un parcours des premières mĂ©lodies de FaurĂ© (1873) au dĂ©but des |uvres de maturitĂ©, soit le passage du romantisme proche de la romance aux harmonies plus raffinĂ©es et originales (1878/1884) qui feront le style inimitable du compositeur.JĂ©rĂ´me CorrĂ©as a saisi Ă  merveille l'esprit de ces mĂ©lodies, en conservant le charme de la première manière de FaurĂ©, dans les 3 MĂ©lodies opus 6. Un cĂ´tĂ© petit garçon sage et gentil, nuancĂ©, mais sans effet, dans Aubade, Tristesse et Sylvie dont l'Ă©criture pianistique proche des barcarolles fut très bien rendu par Jeff Cohen, ainsi que le bel Arpège de l'opus 76. De l'interprĂ©tation du baryton-basse français, on retient la dĂ©lectation du mot et la mise en valeur de la sensualitĂ© harmonique de FaurĂ© dans les mĂ©lodies plus tardives comme Les Roses d'Ispahan (opus 39) ; le tout, sans jamais se dĂ©partir d'une pudeur typiquement faurĂ©enne. Sa technique très sĂ»re lui procure non seulement une belle homogĂ©nĂ©itĂ© de voix sur la longueur de sa tessiture, mais son talent de conteur et sa diction impeccable ajoutent une puissance magnifique, voire violente dans le Voyageur, Fleur JetĂ©e ou encore dans le cĂ©lèbre Automne (opus 18) ; toutes des mĂ©lodies sur des poèmes d'Armand Sylvestre. Pour faire Ă©cho Ă  FaurĂ©, le programme proposait aussi 4 mĂ©lodies d'après "l'intermezzo" Heine de Ropartz (1899), autre compositeur influencĂ© par Wagner, un cycle très prenant encadrĂ© par le glas du Dies Irae qui confirmait ce sentiment de plĂ©nitude et de simplicitĂ© en entendant la voix profonde de JĂ©rĂ´me CorrĂ©as.




    Bibliothèque Nationale, Paris
    Le 07/03/2000
    Michèle LARIVIERE

    Récital Fauré par Jérôme Corréas, BBF, Paris
    Mélodies de Gabriel Fauré
    (dans la cadre l'intégrale programmée à la Bibliothèque Nationale de France)
    Jérôme Corréas,baryton-basse
    Jeff Cohen, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com