altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 07 juillet 2020

Reprise du Peter Grimes mis en scène par Graham Vick à l'Opéra Bastille, Paris.

Rumeurs et fureurs océanes
© Eric Mahoudeau

Trois ans après son entrée au répertoire de l'Opéra National de Paris, Peter Grimes, sans doute le chef d'oeuvre de Benjamin Britten, inspiré du poème de l'écrivain britannique George Grabbe The Borough, retrouve la scène de Bastille, enrichi d'un plateau exceptionnel, dans la réalisation impressionnante de Graham Vick.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 25/01/2004
Françoise MALETTRA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • R√©ouverture

  • Des t√©n√®bres √† la lumi√®re

  • R√©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Lors de son entr√©e, en 2001, au r√©pertoire de l'Op√©ra de Paris, le Peter Grimes de Benjamin Britten avait d√©j√† fait l'unanimit√© sur la qualit√© d'une production qui met en sc√®ne la trag√©die d'un homme, seul contre tous face √† la cruaut√© d'une communaut√© en proie √† la pire des rumeurs. Mais le spectacle semble s'√™tre encore affin√© dans l'approche psychologique des personnages, en acc√©dant √† un r√©alisme saisissant, au point de donner tout son sens et toute sa force √† la partition de Britten, superbement mise en √©vidence par l'orchestre et un chef de grande classe, Roderick Brydon.

    Le rideau se l√®ve sur la salle des assembl√©es d'un petit village c√ītier du nord de l'Angleterre, o√Ļ un homme est mis en jugement. C'est Peter Grimes, le p√™cheur, un homme dont l'√©tranget√© et la brutalit√© suscitent l'hostilit√© des villageois. Sa derni√®re sortie en mer a √©t√© fatale √† son jeune mousse. Soup√ßons, proc√®s exp√©ditif, non-lieu, et la rumeur qui s'installe. Mais Grimes ne veut pas l'entendre et obtient qu'on lui donne un nouvel apprenti, un jeune gar√ßon de l'orphelinat voisin.

    Bient√īt, Ellen, l'institutrice qui refuse l'attitude haineuse de la petite bourgade, remarque des traces de violence sur le corps de l'enfant. Grimes aurait donc recommenc√©. Interrog√©, il la frappe. Malgr√© la temp√™te qui se d√©cha√ģne, le p√™cheur a d√©cid√© de prendre la mer avec le mousse. Pour √©chapper aux t√©moins de la sc√®ne qui se dirigent vers sa cabane, il pousse l'enfant √† l'ext√©rieur, celui-ci tombe du haut de la falaise et se tue.

    Interludes marins entre fureur et brusques accalmies

    Peter est une seconde fois accusé. Rendu fou par les hurlements des villageois, il implore Ellen qui réussit à la convaincre de partir et de ne pas revenir. Le lendemain, on annonce dans l'indifférence générale qu'un bateau est en train de couler au large. Et pendant près de trois heures, la musique de Britten se déploie en vague incessantes, prenant en étau les protagonistes dans des interludes orchestraux qui traduisent leurs mouvements les plus intimes, et impose l'omniprésence de la mer, de ses fureurs ou de ses brusques accalmies.

    Dans son traitement vocal, elle fait de chaque personnage un arch√©type de l'hypocrisie ou de la sottise, de la bigoterie ou de la compassion, de la perversit√© ou de la l√Ęchet√©. Et la mise en sc√®ne de Graham Vick les suit de pr√®s, dans une atmosph√®re √©touffante, accentuant les pulsions contenues qui les habitent, ou les lib√©rant dans les d√©bordements de la taverne o√Ļ ils se retrouvent et montrent leur vrai visage. Elle maintient une tension qui donne √† l'action et √† la musique leur dynamique interne et leur parfaite lisibilit√©. Elle r√©pond surtout √† cette volont√© de Britten de cristalliser et retenir l'√©motion se d√©gageant de toute situation dramatique.

    Un Peter tout de grandeur et d'ambigu√Įt√©

    Le t√©nor Anthony Dean Griffey est un Peter qui donne au r√īle toute sa grandeur et son ambigu√Įt√©. Ampleur de la tessiture, chaleur du timbre, il est bien ce marginal, cet exclu, capable du pire et qui pourtant r√™ve d'un bonheur tranquille, d'une femme, d'un foyer, et de la respectabilit√© de ses concitoyens. Il incarne de mani√®re troublante, l'√©tranger d√©crit Xavier de Gaulle dans sa passionnante biographie, quelqu'un sur qui la r√©alit√© n'a simplement pas la m√™me prise que sur les autres. Et c'est cette radicale √©tranget√© que le bourg n'accepte pas.

    Brigitte Hahn est Ellen, l'institutrice au grand coeur, qui l'aime et tente en vain de la sauver de ses d√©mons. Une vocalisation de toute beaut√© et une souplesse id√©ale lui permettent toutes les inflexions requises pour exprimer la compassion, la tendresse et la d√©termination. A leurs c√īt√©s, les excellents Peter Sidhom (Captain Balstrode), Michael Druiett (Swallow), Ian Caley (Bob Boles), Claire Powell (Auntie), Della Jones (Mrs. Sedley) composent un plateau exemplaire qui fait honneur √† l'Op√©ra de Paris.


    Prochaines représentations les 31 janvier, 4 et 7 février.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 25/01/2004
    Françoise MALETTRA

    Reprise du Peter Grimes mis en scène par Graham Vick à l'Opéra Bastille, Paris.
    Benjamin Britten (1913-1976)
    Peter Grimes, Opéra en trois actes, un prologue et un épilogue (1945)
    Livret de Montagu Slater, d'après le poème de George Grabbe The Borough

    Choeurs et Orchestre de l'Opéra National de Paris
    direction musicale : Roderick Brydon
    mise ne scène : Graham Vick
    décors et costumes : Paul Brown
    éclairages : Matthew Richardson
    préparation des choeurs : Peter Burian

    Avec :
    Anthony Dean Griffey (Peter Grimes), Brigitte Hahn (Ellen), Peter Sidhom (Captain Balstrode), Claire Powell (Auntie), Carolyn Sampson (Première nièce), Valérie Condoluci (Deuxième nièce), Ian Caley (Bob Boles), Michael Druiett (Swallow), Della Jones (Mrs Sedley), Neil Jenkins (Rev. Horace Adams), Jason Howard (Ned Keene), Lynton Black (Hobson).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com