altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 septembre 2020

Concert de Paul Lewis et Nicolas Angelich avec l'Ensemble Orchestral de Paris au Centre Nouveau Siècle de Lille.

Pianistes à suivre

Nicolas Angelich

Lille est jusqu'à la fin novembre 2004 la capitale européenne de la culture. Dans ce contexte, Jean-Claude Casadesus et Maria-Joao Pires ont rassemblé 2 orchestres, 4 chefs et plus de 40 musiciens pour fêter le piano en un gigantesque festival déroulé sur 3 jours et sur chaque m² du Centre Nouveau Siècle. L'occasion de redécouvrir deux pianistes à suivre, Paul Lewis et Nicolas Angelich.
 

Centre Nouveau Siècle, Lille
Le 17/01/2004
Eugénie ALECIAN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2020 (5) : R√©apprendre la coh√©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : √Čvidence bruckn√©rienne

  • Salzbourg 2020 (3) : √Ä bout de souffle ?

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • D√©j√† c√©l√®bre en Angleterre, Paul Lewis a p√©n√®tr√© en France par la porte du sud et de ses festivals, et nous offre aujourd'hui le 25e concerto de Mozart. Quant √† Nicolas Angelich, d√©j√† r√©put√© dans une grande partie du monde, il revient de New York o√Ļ il a jou√© derni√®rement avec Kurt Masur. C'est dans le 2e concerto de Liszt qu'il nous prouve encore √† quel point il faudra compter avec lui dans le monde pianistique du nouveau si√®cle.

    Paul Lewis s'installe au piano et l'orchestre entame le concerto de Mozart. Que les chefs d'orchestre ont l'air d'avoir des probl√®mes de tempo dans les concertos ces temps-ci ! James Judd n'√©chappe pas √† cette √©pid√©mie et nous fait craindre le pire dans l'introduction d'un concerto souvent d√©crit comme l'Empereur de Mozart. Tr√®s ma√ģtre de lui, et soutenu par un magnifique pupitre de violons, le pianiste r√©tablit l'Allegro maestoso en toute √©l√©gance et l'inqui√©tude nous fuit pour laisser la place au plaisir de l'√©coute. Sur le th√®me principal √©voquant la Marseillaise se noue alors un dialogue riche o√Ļ le respect mutuel favorise l'expression de ce pianiste po√®te.



    La palette de son toucher velout√© se confond presque avec les timbres des bois autant que des cordes. Apr√®s une cadence tr√®s ¬ę pianistique ¬Ľ, l'Anglais provoque une coda √©blouissante r√©v√©lant un orchestre de haut-niveau. Ce dernier se transforme presque en ensemble de chambre dans l'Andante, o√Ļ une fl√Ľte √† la puret√© immacul√©e chante avec le pianiste, o√Ļ les cordes des violons semblent tiss√©es de soie. Un mim√©tisme rare fait l'orchestre se mouvoir en osmose avec Paul Lewis qui cr√©√© une complicit√© d√©finitive avec un chef qui, dynamis√© pour le Finale, r√©pond avec spiritualit√© aux traits pianistiques en accusant, sans complexes, des contrastes presque beethov√©niens. M√™me les violoncelles, rarement audibles jusque-l√†, se mettent au diapason de ce pianiste rare.

    Juste après la mise en place d'un orchestre plus important et avançant tout timidement, Nicolas Angelich s'installe à son tour. James Judd lance en un parfait accord le 2e concerto de Liszt. Heureux, orchestre et pianiste alternent fougue et de tendresse. Le piano ne semble d'ailleurs pas trop gêné par des cuivres un peu trop généreux. Mais c'est contre mauvaise fortune bon coeur, d'autant que, petit à petit les sonorités magiques du pianiste nous éloignent des contingences terrestres.

    Le pianiste nous transporte alors dans des cieux légers, dont les résonances nous emplissent d'un temps suspendu, auquel Angelich accorde de larges respirations, dans un voyage hors des contingences terrestres. Dopés, les musiciens et le chef amorcent dans le finale un accelerando vertigineux, presque dangereux pour des cuivres qui sonnent presque pompier. Le pianiste sourit, puis se lève. La salle applaudit à tout rompre ce nounours toujours aussi timide. Le public a du mal à partir, comme l'orchestre d'ailleurs.




    Centre Nouveau Siècle, Lille
    Le 17/01/2004
    Eugénie ALECIAN

    Concert de Paul Lewis et Nicolas Angelich avec l'Ensemble Orchestral de Paris au Centre Nouveau Siècle de Lille.
    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Concerto pour piano n¬į25 en ut majeur KV 503
    Paul Lewis, piano

    Franz Liszt (1811-1886)
    Concerto pour piano n¬į2 en la majeur op. 21
    Nicolas Angelich, piano

    Ensemble Orchestral de Paris
    direction : James Judd

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com