altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 octobre 2019

Concert de l'Ensemble Orchestral de Paris sous la direction de François-Xavier Roth, avec le pianiste Kun Woo Païk, au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Musique française pour tous

Kun Woo Païk

Un programme d'un équilibre parfait, des musiciens au faîte de leur talent, un pianiste idéal et un public heureux. C'était donc le concert exemplaire, offrant à la fois une création, des oeuvres célèbres mais trop rarement interprétées et d'autres oeuvres tout aussi connues de tous, mais à écouter avec des oreilles neuves.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 11/02/2004
Eugénie ALECIAN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Mort et transfiguration

  • Aïda entre deux eaux

  • Quatre sur Six

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En quelques minutes, l'apocalyptique Septième Trompette convainc qu'il faut compter Edith Canat de Chizy comme un compositeur phare de notre temps. La puissante clameur d'un orchestre dans des registres de lumières démultipliées comme un kaléidoscope sonore surprend et émerveille. Passée l'ovation du public, le jeune chef François-Xavier Roth prend ensuite les Jeux d'enfants de Bizet à bras le corps et les dirige pour le moins physiquement. Dans cette suite de pièces courtes et évocatrices, tous les pupitres traduisent tour à tour autant de brio que de fraîcheur juvénile. Une courte pause pour installer le piano, et viennent les merveilleuses Variations symphoniques de Franck si rarement entendues ces trente dernières années.

    Instant d'inexprimable recueillement, en quelque sorte d'immobilité musicale et de temps suspendu, et qui semble libérer en nous de vagues et irrésistibles aspirations dont on ne sait pas au juste si elles sont pleines de larmes ou d'espoir, de regret ou d'attendrissement. Les quelques lignes, reproduites dans le Journal des Concerts de l'E.O.P., par ailleurs parfait guide d'écoute pour le concert, sont d'Alfred Cortot, et semblent avoir inspiré l'interprète du jour, Kun Woo Païk.

    Le pianiste coréen sourit puis ferme les yeux, signal que l'orchestre peut commencer. Avec presque trop de discrétion, comme craignant les syncopes de la partition, les cordes introduisent le chant du piano. Une entrée dans le rêve si bien décrit par Cortot et traduite ce soir par un pianiste non seulement en phase avec l'oeuvre mais profond, dont l'intelligence musicale révèle toute la cohésion harmonique des Variations. En totale osmose avec son instrument, Païk nous fait goûter chaque harmonie.

    Pour citer Cortot encore, un pianiste doit jouer avec des doigts de fer dans un gant de velours. Païk illustre on ne peut mieux l'adage, et après l'entracte, paraît aussi à l'aise dans Fauré, dont la Ballade évoque l'hommage que pouvait porter le compositeur à Saint-Saëns, enrichi d'un lyrisme pas si éloigné de Richard Strauss. Le pianiste, lui, reconnaît l'influence de Chopin et répond aux élans de l'orchestre avec reconnaissance et conviction. Le public se régale, et se fait offrir en bis la Romance sans parole de Gabriel Fauré que Païk joue régulièrement depuis qu'elle figure sur son premier enregistrement discographique.

    Une petite pause encore pour sortir le piano de scène et le Children's Corner de Debussy va pouvoir clôturer le concert. L'orchestration d'André Caplet est une pure leçon de finesse et fait redécouvrir complètement ces pièces connues de tout pianiste. Les timbres orchestraux utilisés par Caplet créent des voix rarement perceptibles dans la version pour piano seul. Du Docteur Gradus ad Parnassum, qui apparaît a priori qu'une longue succession de double-croches décourageant nombre d'étudiants, au Golliwalk's Cakewalk récompensant la bonne étude du recueil, ce Coin des enfants est finalement, à l'image des films de Disney, une oeuvre pour tous.

    Une belle soirée de musiques aux harmonies et inventions mélodiques richissimes, une soirée de musique française pour tous.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 11/02/2004
    Eugénie ALECIAN

    Concert de l'Ensemble Orchestral de Paris sous la direction de François-Xavier Roth, avec le pianiste Kun Woo Païk, au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Edith Canat de Chizy (*1950)
    Intrada
    La Septième Trompette

    Georges Bizet (1838-1875)
    Jeux d'enfants

    César Franck (1822-1890)
    Variations ymphoniques pour piano et orchestre

    Gabriel Fauré (1845-1924)
    Ballade pour piano et orchestre

    Claude Debussy (1862-1918)
    Children's Corner
    Orchestration d'André Caplet

    Kun Woo Païk, piano
    Ensemble Orchestral de Paris
    direction : François-Xavier Roth

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com