altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 août 2019

Récital de Barry Douglas à la salle Gaveau, Paris.

De la manière de bouder un somptueux récital

Barry Douglas.

Un des plus beaux récitals de la saison parisienne, dans une salle Gaveau encore une fois trop peu remplie. On en vient à se demander ce que devient le public parisien, uniquement avide de têtes d'affiches surmédiatisées. Et pourtant, un tel récital, avec des sublimes Hammerklavier et Tableaux d'une exposition, valait largement le détour.
 

Salle Gaveau, Paris
Le 11/03/2004
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2019 : Coitus interruptus

  • Salzbourg 2019 : Å’dipe par KO

  • Bayreuth 2019 (2) : Sur la route

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Tous ceux qui étaient salle Gaveau jeudi soir, professionnels ou simple public, se sont fait la même réflexion. Que devient donc la vie musicale parisienne si un récital de cette exceptionnelle qualité ne se déroule pas devant plus de deux ou trois cents personnes ? Nos prétendus mélomanes d'une capitale qui se veut toujours aussi culturelle, ne sont-ils sensibles qu'aux vedettes que leur fabrique la télévision, laquelle manque totalement à sa tâche en ignorant la musique dite classique aux heures normales d'écoute ?

    Si la responsabilité des chaînes médiatiques est immense, celle du public ne l'est pas moins, qui n'a pas la curiosité d'aller au-delà de ce qu'on lui sert tout chaud, sans avoir à bouger de son fauteuil. A ce rythme, Paris est en train de devenir la honte du monde musical.

    Barry Douglas n'est pas un inconnu. C'est une star des disques RCA, souvent invité chez nous en récital et par les plus grands orchestres. La manière absolument impérieuse dont il aborde tant la Sonate Hammerklavier de Beethoven que les Tableaux d'une exposition de Moussorgski le place définitivement parmi les géants actuels du piano. Avec Beethoven, tout est d'un équilibre passionné et limpide, d'une force analytique ne nuisant jamais à l'émotion, avec un admirable travail de pédale tirant un peu le climat sonore vers le pianoforte sans jamais renoncer aux spécificité de l'instrument contemporain, même s'il s'agit d'un mauvais Yamaha comme celui de Gaveau.

    Puissance, précision, réflexion, intelligence du texte, science des structures, on n'avait rarement entendu cette monumentale sonate interprétée de manière aussi exacte, aussi personnelle, aussi complète. Autre nature du son et autres splendeurs sonores avec les Tableaux d'une exposition, alternant émotion et couleurs chatoyantes, virtuosité, puissance, ciselage du détail, dans une irrésistible démarche qui suscite l'enthousiasme du public. Un genre de perfection, si tant est quelle puisse exister en la matière.

    Tant mieux pour ceux qui s'étaient déplacés, et tant pis pour les autres, qui ont manqué une de ces soirées de piano comme on les rêve.




    Salle Gaveau, Paris
    Le 11/03/2004
    Gérard MANNONI

    Récital de Barry Douglas à la salle Gaveau, Paris.
    Beethoven, Moussorgski
    Barry Douglas, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com