altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 août 2018

Concert de la pianiste Brigitte Engerer, du violoniste Olivier Charlier et du corniste Hervé Joulain aux « concerts de midi » du théâtre du Châtelet, Paris.

Remède aux dimanches moroses

Les « Concerts de midi » du Châtelet restent un de ces lieux privilégiés pour la musique de chambre dont la réputation attire un public fidèle et de plus en plus fervent. Ils accueillaient pour l'occasion trois artistes qui partagent leur carrière entre la solitude exposée du récital et le bonheur de jouer ensemble : Brigitte Engerer, Olivier Charlier et Hervé Joulain.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 18/04/2004
Françoise MALETTRA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (4) : Blomstedt sans complexes

  • Salzbourg 2018 (3) : Au bord de l’épuisement

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour ceux qui détestent les dimanches, voici une parade infaillible : les concerts Jeanine Roze au Châtelet. Onze heures - midi : une heure de musique « en passant », où l'on est assuré d'entendre les meilleurs chambristes, de les rencontrer après le concert pour le leur dire, et de s'en retourner avec le sentiment d'être définitivement réconcilié avec des journées finalement prometteuses. Il faut dire que ce dimanche 18 avril, le plateau était de ceux auxquels on ne résiste pas : Brigitte Engerer, dont le piano rayonne, souverain ; Olivier Charlier un de ses partenaires d'élection, au piano suprêmement raffiné ; Hervé Joulain, cor solo à l'Orchestre National de France, à la sonorité envoûtante. Trois artistes, trois grands solistes qui se sont choisis pour les plus belles raisons du monde : le bonheur de faire de la musique ensemble, et l'occasion rêvée de donner à entendre des oeuvres trop rarement à l'affiche.

    D'instinct, en duo ou en trio, ils chantent et respirent d'un même souffle, partageant le même élan, et surtout la même intuition musicale. Le dialogue s'installe immédiatement dans la Sonate op. 17, composée en 1800 par Beethoven en quelques heures, la veille d'un concert. Entre les deux interprètes, l'équilibre est parfait, le piano laisse le cor s'exprimer tout en existant intensément à ses côtés, et l'on sent de part et d'autre cette écoute qui donne du sens à l'inflexion musicale la plus fine. Et c'est l'élégance pleine de charme des trois Romances pour piano et violon de Schumann (initialement écrites pour hautbois et piano), cadeau de Robert à Clara pour le noël de 1849, jouées avec une passion contenue, sans la moindre afféterie, l'image d'une intimité chèrement conquise entre le musicien et la femme adorée.

    Changement d'humeur avec le Scherzo de la Sonate pour piano et violon en ut mineur de Brahms, où les deux instruments semblent danser avec un diable peu farouche. Mais le grand moment de cette heure musicale est indiscutablement le Trio en mi bémol majeur pour piano, violon et cor, lui aussi de Brahms. D'une musicalité de tous les instants, les trois instrumentistes parlent d'une même voix, tantôt emportés dans un flux romantique libre de tout débordement, tantôt traduisant toute la poésie d'une oeuvre entièrement imprégnée par la force du sentiment de la nature qui l'inspira lors d'un séjour du compositeur en Forêt Noire.

    Brigitte Engerer, Olivier Charlier, Hervé Joulain : trois coloristes pour un paysage de toute beauté, et un trio en forme de remède aux dimanches moroses.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 18/04/2004
    Françoise MALETTRA

    Concert de la pianiste Brigitte Engerer, du violoniste Olivier Charlier et du corniste Hervé Joulain aux « concerts de midi » du théâtre du Châtelet, Paris.
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Sonate pour piano et cor en fa majeur, op. 17

    Robert Schumann (1810-1856)
    3 Romances pour piano et violon, op. 94 (transcription des Romances pour piano et hautbois)

    Johannes Brahms (1833-1897)
    Scherzo pour violon et piano, extrait de la Sonate en ut mineur « FAE »
    Trio pour piano, violon et cor en mi bémol majeur, op. 40

    Brigitte Engerer (piano), Olivier Charlier (violon), Hervé Joulain (cor)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com