altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 10 décembre 2019

Huitième livre de madrigaux de Claudio Monteverdi par l'ensemble Elyma sous la direction de Gabriel Garrido à la salle Gaveau, Paris.

Monteverdi désarmé

Gabriel Garrido.

Concert-√©v√©nement dans le monde monteverdien avec la venue de l'Ensemble Elyma salle Gaveau, dans un programme embl√©matique du ma√ģtre de Mantoue : le 8e livre des madrigaux. Et grosse d√©ception au final, tant l'ensemble Elyma a multipli√© des approximations gu√®res √† la hauteur de sa r√©putation.
 

Salle Gaveau, Paris
Le 19/04/2004
Isabelle APOSTOLOS
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort √† Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L'Ensemble Elyma est √† peu pr√®s ce qui se fait de mieux dans le concert baroque actuel : au disque, L'Orfeo, Le Couronnement de Popp√©e ou encore les V√™pres de la Vierge, tous chez le label K617, ont largement d√©montr√© que Garrido et ses troupes √©taient aux commandes de la palette de couleurs la plus somptueuse du moment. Sans parler d'un impact dramatique exacerb√©, paroxystique, que d'aucuns consid√®rent comme quelque peu artificiel, mais gr√Ęce auquel on a souvent pardonn√© une certaine nonchalance technique au concert.

    Qu'a-t-on entendu √† la salle Gaveau ? Une couleur √©minemment latine, passant par des timbres vocaux parfaitement idiomatiques, une battue d'une souplesse rare, et bien s√Ľr, une attention aux mots qui sont l'apanage des grands interpr√®tes du premier baroque. Mais on a aussi eu droit √† des instrumentistes peu concentr√©s, des prestations vocales douloureuses ¬Ė une Adriana Fernandez f√Ęch√©e avec la justesse, une Alicia Borg√®s sans grave ni aigu mais avec quelques sons fort laids, un Fabio Schoffrin au timbre ingrat ¬Ė et surtout, une mise en place tr√®s hasardeuse. Discr√®te dans les madrigaux √† deux ou trois voix comme Non partir ritrosetta ou Su, su, su pastorelli, o√Ļ la latinit√© des interpr√®tes prend le dessus, une telle carence se r√©v√®le √©prouvante dans les grandes partitions √† six voix ¬Ė un Altri canti d'Amor au bord du chaos, un Altri canti di Marte un peu mieux assum√© mais amput√© on ne sait pas trop pourquoi de sa seconde partie.

    Il fallut donc attendre le Lamento della Ninfa pour voir Elyma se ressaisir, et surtout un Combattimento o√Ļ le style concitato prend son vrai sens, avec un Garrido soudain foudroyant et surtout un Furio Zanasi en Testo imp√©rial de libert√© prosodique et de pr√©sence vocale, sans parler d'une diction forc√©ment naturelle. Parfaitement √† l'aise dans cette tessiture particuli√®re, le baryton italien montre qu'il est l'un des meilleurs dans ce r√īle ¬Ė ce n'est pas un hasard s'il est l'Orfeo en titre de Jordi Savall. Dans l'ensemble et malgr√© une √©vidente d√©ception, un succ√®s d'estime arrach√© √† la pointe de l'√©p√©e, par Zanasi essentiellement. Mais Elyma devra fourbir davantage ses armes s'il veut se montrer √† la hauteur de sa l√©gende.




    Salle Gaveau, Paris
    Le 19/04/2004
    Isabelle APOSTOLOS

    Huitième livre de madrigaux de Claudio Monteverdi par l'ensemble Elyma sous la direction de Gabriel Garrido à la salle Gaveau, Paris.
    Claudio Monteverdi (1567-1643)
    Huitième Livre des Madrigaux :
    Altri canti d'Amor
    Ardo e scoprir
    Non partir ritrosetta
    Su, su, su pastorelli
    Hor che'ciel e la terra
    Altri canti di Marte
    Lamento de la Ninfa
    Combattimento di Tancredi e Clorinda

    Adriana Fernandez, soprano
    Alicia Berri, mezzo-soprano
    Fabian Schoffrin, contre-ténor
    Mario Ceccheti, ténor
    Furio Zanasi, baryton
    Ivan Garcia, basse

    Ensemble Elyma
    direction : Gabriel Garrido

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com