altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 septembre 2020

Reprise de Lucia di Lamermoor de Donizetti dans la mise en scène de Filippo Sanjust au Deutsche Oper de Berlin.

Lucia sauve la mise
© Kranichfoto

On l'attendait avec impatience : Lucia est apparue sur scène plus fragile et envoûtante que jamais. Pour l'incarner, la grande Gruberova, dans un rôle qu'elle connaît bien et qu'elle développe avec le talent de l'expérience et le goût pour l'ambiguïté. Une Lucia qui a elle seule réussira à sauver la mise.
 

Deutsche Oper, Berlin
Le 13/05/2004
Florent ALBRECHT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour Ă  la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : RĂ©apprendre la cohĂ©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : Évidence brucknĂ©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Avec ses trois maisons d'opĂ©ra, Berlin demeure un des rendez-vous obligĂ©s des aficionados du lyrique. Eclectisme, qualitĂ© de la programmation : une rivalitĂ© naturelle dynamise les trois opĂ©ras au public variĂ© et nombreux. On attendait avec une impatience gourmande la prestation de la diva slovène Edita Gruberova mais aussi celle du tĂ©nor mexicain non moins star Ramon Vargas. Et en gourmet, il faut avouer que l'on a Ă©tĂ© comblĂ© !

    Certes, l'opéra de répertoire, ici comme ailleurs, lasse un peu par des mises en scène désuètes, laissant par voie de conséquence le spectateur sur sa faim, comme c'est le cas de cette soirée pour Lucia : costumes à la Blanche Neige, modestes panneaux peints en stuc. Il est quand même regrettable de bénéficier de telles voix dans des décors dignes de petits théâtres de province.

    Mais revenons à la musique. Celle de Donizetti n'offre pas le plus étourdissant bel canto du répertoire. Ses héroïnes, de Lucia à Lucrèce Borgia en passant par Marie Stuart, demeurent pourtant pour la majorité d'entre elles de véridiques écorchées vives, sulfureuses, passionnées et retorses, dont le poison et le charisme nécessitent chez la chanteuse qui les interprète virtuosité, présence scénique, et enfin une certaine prise de risque émotionnelle. Le rôle de Lucia tout particulièrement : sombre héroïne, amoureuse à en mourir, aux accents shakespeariens indéniables, elle pourrait constituer l'un des Douze Travaux d'une chanteuse herculéenne.

    Fût-ce dans la célèbre aria Regnava ne silenzio ou dans l'extraordinaire Alfin son tua, où Lucia, par péché d'amour, sombre dans la folie, Gruberova incarne son personnage avec cette distance énigmatique et douloureuse, comme perdue, le portant à bout de bras vers ce destin morbide marqué du sceau de la tragédie. Quelques imperfections techniques – qu'on pardonnera à Gruberova, après plus de trente ans d'une carrière éclatante – n'entament en rien le bonheur du spectateur à l'écoute de cette voix qui électrise, charme, et envoûte.

    Face à elle, l'impeccable Ramon Vargas campe un Edgardo très expressif, merveilleux comédien saisissant le caractère tragique des forces obscures jouant en la défaveur de son amour pour Lucia. Gageons que l'on retrouvera avec autant de plaisir, Ramon Vargas au Staatsoper cette fois-ci, dans un récital d'une part, d'autre part dans le rôle-titre du Don Carlo. Autre figure intéressante de cette production, le frère de Lucia, Enrico, qu'interprète le jeune baryton Boaz Daniel. La direction honorable de Stefano Ranzani permet à l'orchestre du Deutsche Oper d'engager un dialogue intéressant avec les différents protagonistes.

    Mais l'héroïne de la soirée reste bien la grande Gruberova, comme toujours capable à elle seule de sauver la mise (en scène).




    Deutsche Oper, Berlin
    Le 13/05/2004
    Florent ALBRECHT

    Reprise de Lucia di Lamermoor de Donizetti dans la mise en scène de Filippo Sanjust au Deutsche Oper de Berlin.
    Gaetano Donizetti (1797-1848)
    Lucia di Lammermoor, opéra tragique en 3 actes et 6 tableaux (1835)
    Livret de Salvatore Cammarano

    Choeur et Orchestre du Deutsche Oper de Berlin
    direction : Stefano Ranzani
    mise en scène, décors et costumes : Filippo Sanjust
    préparation des choeurs : Hellwart Matthiesen

    Avec :
    Edita Gruberova (Lucia), Ramon Vargas (Edgardo), Boaz Daniel (Enrico), Yosep Kang (Arturo), Reinhard Hagen (Raimondo), Kari Hamnoy (Alisa), Volker Horn (Normanno).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com