altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 septembre 2020

Reprise de la Damnation de Faust de Berlioz mise en scène par Robert Lepage à l'Opéra Bastille, Paris.

Damnation par l'image
© Eric Mahoudeau

Pour sa reprise à Bastille, la Damnation de Faust imaginée par le Canadien Robert Lepage confirme les idées judicieuses de sa mise en scène tout entière dédiée au pouvoir de l'image et propose un plateau honorable sinon exceptionnel, malheureusement desservi par la baguette atone de Mark Elder.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 27/05/2004
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour Ă  la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : RĂ©apprendre la cohĂ©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : Évidence brucknĂ©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On le sait, c'est une gageure de porter la Damnation sur les planches. L'ingĂ©nieux dispositif scĂ©nique imaginĂ© par Robert Lepage, qui fait la part belle Ă  la vidĂ©o, plonge le spectateur dans le pouvoir de l'image, en ne conservant de la profondeur du plateau de Bastille que le proscĂ©nium – pour le plus grand confort des chanteurs. Immense toile sur laquelle dĂ©filent des images, et oĂą des trappes s'ouvrent tour Ă  tour, le dĂ©cor en trompe-l'Âśil Ă©gare le spectateur entre rĂ©el et virtuel, dans cet exercice qui traduit bien le monde fantasmagorique du hĂ©ros goethĂ©en, comme si Ă  trop se plonger des heures durant dans les ouvrages d'une bibliothèque, on finissait par se dĂ©connecter du rĂ©el, Ă  l'image du travelling initial qui nous plonge pendant la courte introduction instrumentale au coeur des divagations faustiennes.

    Quelques tableaux sont particulièrement rĂ©ussis, tel le mur de flammes qui embrase l'air de Marguerite au IV, le ballet aquatique des sylphes au II, ou la vision d'une forĂŞt mouvante dans l'Invocation Ă  la nature de Faust. L'imagination avec laquelle sont envisagĂ©s les changements de tableaux, d'ordinaire si problĂ©matiques, vaut un bon coup de chapeau. Ainsi de la descente dans la taverne d'Auerbach. Du reste, la mise en scène de Lepage a quelque chose de claustrophobe, et traduit bien l'enfermement du hĂ©ros, son manque d'Ă©chappatoire. L'Âśil n'a guère le temps de se reposer, et cette conception rĂ©soud bien les problèmes d'une « lĂ©gende dramatique Â» berliozienne assez hybride de forme. Et rien que pour cela, cette reprise vaut largement le dĂ©tour.

    Côté musique, le succès est moindre. Le beau Faust de Paul Groves, rêveur et idéaliste, à l'élocution très travaillée, à l'aigu rayonnant, domine la distribution. Jennifer Larmore, dont on connaît le tempérament volcanique, se surveille tant que sa Marguerite paraît relativement froide, beaucoup plus émouvante dans D'amour l'ardente flamme, auquel elle imprime un crescendo dramatique bienvenu, que dans une Chanson de Thulé bien neutre. Quant à Samuel Ramey, son format trop large et son élocution pâteuse – débit laborieux et virtuosité bien mise à mal – en font plus le Méphisto de Boïto que de Berlioz, malgré une noirceur de timbre et un grain légèrement rocailleux qui pourraient emporter l'adhésion si son français n'était aussi exotique.

    Le gros point noir de cette reprise reste la direction au Lexomil de Mark Elder, aux antipodes de l'élan impétueux et de l'exaltation fiévreuse que demande la partition. Dans des tempi lentissimes asphyxiant les chanteurs comme les choeurs, la partition défile au ralenti. On en atteint parfois le grotesque – une Sérénade de Méphisto désossée – ou l'intenable – Course à l'abîme transformée en trot de bourricot apathique ; Marche hongroise lourdingue et prussienne ; fin de troisième acte complètement plombée. L'opposé du génial Ozawa qui avait inauguré cette production en 2001.

    On ira donc, une fois n'est pas coutume et malgré une distribution honnête, à l'opéra plus pour y voir que pour y entendre !




    Opéra Bastille, Paris
    Le 27/05/2004
    Yannick MILLON

    Reprise de la Damnation de Faust de Berlioz mise en scène par Robert Lepage à l'Opéra Bastille, Paris.
    Hector Berlioz (1803-1869)
    La Damnation de Faust, légende dramatique en quatre parties (1846)
    Livret du compositeur et d'Almire Gaudonnière d'après le Premier Faust de Goethe traduit par Gérard de Nerval

    Maîtrise des Hauts-de-Seine
    Choeur d'enfants de l'Opéra national de Paris
    Choeurs et Orchestre de l'Opéra national de Paris
    direction : Mark Elder
    mise en scène : Robert Lepage
    décors : Carl Fillion
    costumes : Karin Erskine
    Ă©clairages : Maryse Gautier
    images : Atsushi Moriyasu
    préparation des choeurs : Peter Burian

    Avec :
    Paul Groves (Faust), Jennifer Larmore (Marguerite), Samuel Ramey (Mephistophelès), Christophe Fel (Brander), Marie-Cécile Chevassus (une voix céleste).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com