altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 février 2018

Antigona de Tommaso Traetta mise en scène par Eric Vignier et dirigée par Christophe Rousset au Théâtre du Châtelet, Paris.

Antigona sauvée in extremis
© M. N. Robert

Raffaela Milanesi (Antigona).

Après avoir participé à toutes les répétitions, Maria Bayo déclara forfait le jour de la première pour cause d'accouchement imprévu
Mais l'heureux événement ayant été évidemment envisagé, l'extrême préparation de sa remplaçante, la jeune italienne Raffaela Milanesi, ne fut une surprise pour personne.

 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 22/06/2004
Yutha TEP
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Une leçon de piano

  • Les goûts réunis

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • A vrai dire, ce n'est pas Raffaela Milanesi qui déclencha les sifflets d'un public dont le metteur en scène, Eric Vigner, se souviendra certainement. Bronca un peu sévère cependant, car s'il est vrai que la mise en scène ? qui nous vient de l'Opéra de Montpellier dans le cadre du Festival des régions ? s'avère extrêmement conceptuelle, son but est clairement revendiqué : parvenir à un degré d'abstraction répondant au statut mythique des grandes figures de la tragédie grecque, ici Antigone.

    Après tout, le livret de Marco Coltellini se calque sur la tragédie de Sophocle, et la musique de Traetta participe de cette épure qui caractérise la réforme de l'opéra menée également (et avec plus de succès) par Gluck. Les décors des graphistes parisiens M/M (le nom est en soi un manifeste) appliquaient donc pleinement cette stylisation extrême dans un étalage de « signes » ? Vigner et M/M parlent d'images ? placés sous l'égide de Miro, mais dont le sens n'est pas au premier abord évident. Le tout dans une débauche de noir et blanc ? les costumes, notamment ? à l'exclusion de toute autre couleur, qui traduisent vraisemblablement l'affrontement de deux manichéismes : piété religieuse et familiale butée pour Antigona, logomachie autocratique pour Créonte.

    Certains tableaux sont certes assénés avec une volonté pédagogique un peu trop marquée. Ainsi des accoutrements très américains des gardes de Créonte, baskets et bombers revisités à l'appui, faisant irrémédiablement penser aux déclarations d'un George Bush sur l'Axe du mal. Ainsi aussi de l'accès de rage de Créonte qui lui fait arracher et mettre en pièces des affiches qui prennent des allures de tableaux, tant il est notoire que l'art est la première victime de tout pouvoir arbitraire. Mais le spectacle est au final bien réglé, la beauté visuelle indéniable et le jeu d'acteurs bien mené ? il est vrai aussi que les chanteurs, Milanesi en tête, sont d'habiles comédiens.

    Et c'est tant mieux, car cette musique s'articule principalement en grands lamenti mettant en valeur solistes et choeur ? excellente prestation des Eléments de Joël Suhubiette ? et sollicite abondamment leurs dons d'acteur. Si la voix suscite certaines réserves (en premier lieu, un contrôle insuffisant du vibrato, des accidents dans la justesse), Raffaella Milanesi s'échauffe progressivement pour camper au final une Antigona qui certes n'a pas la substance vocale unique de Bayo, mais qui bénéficie d'une prestance scénique indéniable. Et l'agilité est assez étonnante.

    Les deux voix graves féminines, Marina Camparato (Ismène) et Laura Polverelli (Emone), possèdent les mêmes qualités ? présence vocale, aisance théâtrale ? et les mêmes défauts ? imprécision de l'intonation surtout ?, le ténor américain John McVeigh déployant en Adrasto un timbre et un chant moins lisses que la plupart de ses confrères anglo-saxons. C'est finalement le grand Kobie Van Rensburg (Créonte) qui produit la plus forte impression : si le timbre n'est pas des plus flatteurs, la caractérisation atteint des sommets d'efficacité.

    L'orchestre virevoltant de Christophe Rousset remplit honnêtement la grande salle du Châtelet, le chef-claveciniste insufflant une pulsation efficace à une musique qu'il aime assurément, mais qui, sans cette conviction, peut par moment sombrer dans une certaine monochromie. Tout au plus aurait-on pu souhaiter de plus grands contrastes dans les tempi.

    Telle quelle, Antigona frémit de mille prémices musicaux et dramaturgiques, et le grand mérite des interprètes a été de nous communiquer cette fièvre.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 22/06/2004
    Yutha TEP

    Antigona de Tommaso Traetta mise en scène par Eric Vignier et dirigée par Christophe Rousset au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Tommaso Traetta (1727-1779)
    Antigona
    Livret de Marco Coltellini d'après Sophocle
    Créé le 11 novembre 1772

    Choeur de Chambre Les Eléments
    Les Talens Lyriques
    direction musicale : Christophe Rousset
    mise en scène : Eric Vigner
    décors : M/P (Paris)
    costumes : Paul Quenson
    préparation des choeurs : Joël Suhubiette

    Avec :
    Raffaella Milanesi (Antigona), Marina Comparato (Ismene), Kobie van Rensburg (Creonte), Laura Polverelli (Emone), John McVeigh (Adrasto).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com