altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 07 décembre 2019

Nouvelle production du Chevalier à la Rose mise en scène par Robert Carsen au festival de Salzbourg 2004.

Salzbourg 2004 (5) :
Vienne au crépuscule

© Hansj√∂rg Michel

Angelika Kirchschlager (Octavian) et Miah Persson (Sophie).

Absent de Salzbourg depuis 1995, le Chevalier à la Rose fait à nouveau l'événement dans une mise en scène fastueuse et adroitement transposée dans les dernières heures de la Vienne éternelle. Après les défaillances de Semyon Bychkov et Angelika Kirchschlager, Peter Schneider et Sophie Koch viennent parachever une magnifique distribution.
 

Großes Festspielhaus, Salzburg
Le 23/08/2004
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Carnage light

  • Construire un toit

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En transposant le Chevalier √† la Rose en 1911, ann√©e de sa cr√©ation, Robert Carsen ose une peinture sociale sans complaisance, √† l'image de la Vienne au cr√©puscule d'Arthur Schnitzler. Dans l'ombre omnipr√©sente du Mar√©chal, le monde marche tranquillement vers le gouffre de la premi√®re guerre mondiale, et de nombreux officiers envahissent r√©guli√®rement le plateau, qui examinant un masque √† gaz, qui un fusil. La pertinence de la lecture du Canadien est troublante : alors que les personnages ¬Ė tout comme le librettiste et le compositeur ¬Ė se pr√©occupent de th√®mes √©ternels tels que l'amour, le temps, la g√©n√©rosit√©, l'Histoire pr√©pare un tournant qui laissera peu de place √† ces consid√©rations. On sent bien aussi dans l'arrogance de la suite du baron Ochs que l'√Ęge de la force renverse peu √† peu celui de l'honneur, √† l'image de l'arm√©e qui prend l'ascendant sur la noblesse.

    © Hansjörg Michel

    Une sc√®ne au format cin√©mascope propose une vue en coupe des appartements de la Mar√©chale dans des tons rouges tr√®s chauds. Marie-Th√©r√®se ¬Ė qui ne para√ģt pas plus de trente-cinq ans, comme dans le livret ¬Ė y batifole avec un Octavian adolescent dans une atmosph√®re visuelle tr√®s Belle Epoque. La fin luxueuse du premier acte pr√©pare √† merveille un deuxi√®me acte somptueux, avec pas moins de soixante officiers en uniforme et Octavian √† cheval, dans un immense salon au mur repr√©sentant une vaste peinture de Waterloo ¬Ė la r√©plique d'Ochs ¬ę sommes-nous en France ? ¬Ľ en prend d'ailleurs un sens √©quivoque, et le docteur Freud √©coute patiemment ses dol√©ances.

    © Hans Jörg Michel

    Le troisi√®me acte transpose habilement l'auberge dans un bordel structur√© comme les appartements de la Mar√©chale, avec mur amovible et portes num√©rot√©es √† l'avant-sc√®ne permettant d'alterner int√©rieur et ext√©rieur des chambres, o√Ļ l'on fornique all√®grement dans tous les recoins. Maintes r√©pliques du baron deviennent du coup savoureusement ambigu√ęs ¬Ė les prix de l'√©tablissement, le passage en tenue d'Adam d'un client qui cherche sa montre. Octavian se travestit en prostitu√©e √©trangement ressemblante √† la Mar√©chale et apr√®s une sc√®ne de foule virtuose pour la sortie d'Ochs, le calme revient. Puis √† la toute fin, le d√©cor dispara√ģt dans les cintres, laissant apercevoir une arm√©e en marche foudroy√©e sur le dernier accord, de laquelle ne r√©chappe que le vieux Mar√©chal.

    L'Octavian de rêve de Sophie Koch

    Dans le cadre d'une mise en sc√®ne qui fonctionne √† cent pour cent, la distribution semble s'√©panouir √† merveille. Adrianne Pieczonka est une Mar√©chale belle et alti√®re, √† la bont√© bien rendue par un timbre chaud et lumineux, un m√©dium riche et bien timbr√©, un aigu solaire. Il ne lui manque que l'all√®gement du haut-m√©dium pour se hisser au niveau des plus grandes. Succ√©dant √† la probl√©matique Angelika Kirchschlager ¬Ė inaudible √† mi-parterre et aux aigus stridents ¬Ė, Sophie Koch emporte l'adh√©sion en Quinquin, avec une pr√©sence juv√©nile et une √©mission parfaitement projet√©e, distillant des aigus irradiants avec la richesse de jadis ceux de Christa Ludwig. La ravissante Miah Persson campe une Sophie tr√®s spontan√©e, au timbre cristallin, aux multiples joliesses musicales, m√™me si l'aigu est parfois d√©timbr√©. Dans la cat√©gorie cl√© de fa, Franz Hawlata compose toujours un Ochs veule et grossier √† souhait, tr√®s √† l'aise dans le grave et les sauts de tessiture mais un peu limit√© dans l'aigu, tandis que Franz Grundheber est un Faninal de luxe.

    Dans la fosse, les Wiener Philharmoniker dispensent une fois encore des sortil√®ges sonores ¬Ė le velout√© des cordes, des cors, le hautbois d√©licieux et supr√™mement caract√©ris√©. Apr√®s la direction √† la truelle de Semyon Bychkov, qui en plus de lacunes stylistiques se payait le luxe d'√©craser le plateau, la baguette fine et l√©g√®re de Peter Schneider appara√ģt comme un bain de jouvence. Dans des tempi aussi vifs et une conception aussi th√©√Ętrale que son coll√®gue russe, le chef allemand ose de magnifiques nuances, et r√©ussit √† finir le premier acte aux fronti√®res du silence, l√† o√Ļ son pr√©d√©cesseur, dans une raideur cadav√©rique, dirigeait √† la hussarde un solo de violon √† la dynamique beaucoup trop √©lev√©e.

    Après un changement de chef et d'Octavian salutaires, une magnifique production qui devrait faire date à Salzbourg.




    Großes Festspielhaus, Salzburg
    Le 23/08/2004
    Yannick MILLON

    Nouvelle production du Chevalier à la Rose mise en scène par Robert Carsen au festival de Salzbourg 2004.
    Richard Strauss (1864-1949)
    Le Chevalier à la Rose, comédie en musique en trois actes (1911)
    Livret de Hugo von Hoffmannsthal

    Association de Concert du Choeur de l'Opéra de Vienne
    Orchestre philharmonique de Vienne
    direction : Peter Schneider, Semyon Bychkov (14.08)
    mise en scène : Robert Carsen
    décors et costumes : Peter Pabst
    éclairages : Robert Carsen, Peter van Praet
    préparation des choeurs : Rupert Huber

    Avec :
    Adrianne Pieczonka (la Maréchale), Franz Hawlata (le Baron Ochs), Sophie Koch, Angelika Kirchschlager (14.08) (Octavian), Miah Persson (Sophie), Franz Grundheber (Fanninal), Ingrid Vilsmaier, Ingrid Kaiserfeld (14.08) (Marianne), Elena Batoukova (Annina), Jeffrey Francis (Valzacchi), Florian Boesch (un commissaire de police), John Dickie (le majordome de la Maréchale), Michael Roider (le majordome de Fanninal), Peter Loehle (un notaire), Markus Petsch (un aubergiste), Piotr Beczala (un chanteur italien), Aleksandra Zamojska (une modiste), Eberhard Francesco Lorenz (un dresseur d'animaux).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com