altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 09 aoűt 2020

Jeanne d'Arc au bûcher d'Arthur Honegger à la basilique de St-Denis.

Jeanne royalement servie
© Festival de Cannes

Marthe Keller

Marthe Keller était un peu la tête d'affiche de ce Jeanne au Bûcher d'Arthur Honegger à Saint-Denis. Dans une basilique comble et devant un public comblé, Marthe Keller a certes créé l'événement avec une interprétation bouleversante. Sans pour autant reléguer dans l'ombre des forces musicales de premier ordre.
 

Basilique, Saint-Denis
Le 21/09/2004
Patrick FLORENTIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'aube d'Ă©tĂ©

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Une affluence record ce mardi soir, qui laissait prĂ©sager que le public assisterait Ă  un Ă©vĂ©nement mĂ©morable. L'affiche allĂ©chante a tenu largement ses promesses pour cette oeuvre rarement reprĂ©sentĂ©e. Le thème de Jeanne d'Arc a Ă©tĂ© suggĂ©rĂ© Ă  Honegger par Ida Rubinstein lors d'une soirĂ©e de 1933. ImmĂ©diatement, Paul Claudel est pressenti pour l'Ă©criture du texte : le poète frĂ©quentait le groupe des Six, et comme Arthur Honegger, il avait collaborĂ© Ă  de nombreuses reprises avec Darius Milhaud.

    A la sollicitation d'Honegger, Claudel d'emblĂ©e refusa net : « Jeanne d'Arc est une hĂ©roĂŻne officielle qui a parlĂ©, et dont les paroles dans toutes les mĂ©moires ne peuvent subir une trop libre transcription  Â». Quinze jours plus tard, Claudel revenait sur son refus Ă  la suite d'une vision de deux mains nouĂ©es et jointes faisant un signe de croix. A la lecture du manuscrit, Honegger fut subjuguĂ©, rempli d'Ă©motion. Car il ne pouvait rĂŞver meilleur support pour sa musique. Ce texte, construit comme le scĂ©nario d'un film, repose sur un flash back de Jeanne d'Arc fixĂ©e au bĂ»cher, se remĂ©morant des passages intenses de sa vie avant d'assister, au final, Ă  la montĂ©e de son âme auprès des voix qui l'ont guidĂ©e durant sa courte existence. Honegger, en Ă©crivant cette oeuvre, suivait Claudel pas Ă  pas, lui indiquant scène par scène la construction musicale de sa partition.

    Cette oeuvre originale repose sur un équilibre savant entre la voix parlée, la voix chantée, l'orchestre et des choeurs omniprésents. Marthe Keller dans le rôle-titre a non seulement le talent approprié en tant que récitante à la voix parlée bien projetée et qui s'intègre grâce à son propre rythme dans le mouvement de l'oeuvre musicale, mais aussi en jouant superbement son personnage. Elle est littéralement habitée par un rôle dont elle est parfaitement familière – l'enregistrement de référence pour Deutsche Grammophon sous la direction de Seiji Ozawa – ne serait-ce que par sa tenue, son visage tantôt grave, tantôt joyeux et sa gestuelle impeccable. Habillée d'une tunique crème ceinte d'une cordelette rappelant l'iconographie de l'héroïne du Moyen Âge, Marthe Keller émeut au point d'imposer naturellement un silence record avant les acclamations finales. Si Daniel Mesguich en Frère Dominique est moins évident, on peut saluer la belle prestation de William et Sarah Mesguich donnant à leurs rôles respectifs une caractérisation remarquable.



    Chez les voix, une mention spéciale à Laura Aikin, passant sans difficulté les choeurs et l'orchestre avec une pureté vocale constante, ainsi qu'à Sophie Koch, au timbre transparent et en totale adéquation avec son personnage. Marie-Nicole Lemieux, plus en retrait, déçoit, le timbre manquant singulièrement de séduction. Idem pour Nicolas Rivenq, peu concerné par les événements, à l'opposé de Donald Litaker, particulièrement efficace dans des rôles aussi différents que le cynique évêque Cauchon Porcus ou celui gouailleur du Clerc.

    Restent à saluer la puissance impressionnante du Choeur de Radio France, ainsi que l'homogénéité et la diction remarquables de la Maîtrise de Radio France, mais aussi la baguette précise et sûre de Kurt Masur à la tête de l'Orchestre National de France, conférant la poésie requise dans le déroulement de chaque tableau.

    Jeanne royalement servie sous les voûtes du caveau des rois de France, que demander de plus ?




    Basilique, Saint-Denis
    Le 21/09/2004
    Patrick FLORENTIN

    Jeanne d'Arc au bûcher d'Arthur Honegger à la basilique de St-Denis.
    Arthur Honegger (1892-1955)
    Jeanne d'Arc au bûcher, oratorio dramatique (1935)
    Texte de Paul Claudel

    Choeur de Radio France
    Maîtrise de Radio France
    direction : Fritz Näf
    Orchestre national de France
    direction : Kurt Masur

    Avec :
    Marthe Keller (Jeanne), Daniel Mesguich (Frère Dominique), Sarah Mesguich (récitante), William Mesguich (récitant), Laura Aikin (Marie), Marie-Nicole Lemieux (Catherine), Sophie Koch (Marguerite), Donald Litaker (Porcus ; le Premier Héraut), Nicolas Rivenq (Une voix ; le Second Héraut ; un paysan).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com