altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 31 octobre 2020

Carmen par le Th√©√Ętre Helikon de Moscou au Th√©√Ętre des Champs Elys√©es, Paris.

Carmen sauce West Side Story

L'orchestre et les choeurs de l'Helikon op√©ra de Moscou constituent une formation tr√®s r√©put√©e en Europe de l'est et leur production de Carmen y a remport√© un vif succ√®s. On a pu la d√©couvrir r√©cemment au Th√©√Ętre des Champs Elys√©es.
 

Le 01/03/2000
Antoine Livio (1931-2001)
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Saint Fran√ßois SDF

  • Chamboule-tout

  • En attendant G√∂rge‚Ķ

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Si d'aucuns ont os√© affubler la Joconde de moustaches, nul ne s'est jamais permis de transformer la Venus de Milo en cul de jatte, mais avec bras ! R√©flexion faite √† l'issue de cette repr√©sentation de Carmen par l'Helikon-Opera.
    Pour avoir eu le bonheur de me rendre √† plusieurs reprises dans l'√©l√©gant h√ītel particulier du XVIIIe qu'on a transform√© en Helikon-Opera, je partageais l'enthousiasme de certains critiques moscovites pour le travail qu'y r√©alise le metteur en sc√®ne Dmitri Bertman. Sa Fianc√©e du Tsar m'avait laiss√© sans voix et la production de Yolanta r√©alis√©e par Denis Krief m'avait passionn√©.
    Seulement apr√®s avoir vu la Carmen qui valut √† Bertman, en 1997, un Masque d'or (le pendant russe d'une Victoire de la Musique), je me demande soudain si ma r√©action e√Ľt √©t√© la m√™me devant On√©guine ou Dame de Pique, si je parlais le russe et si j'√©tais donc pouchkinien de coeur et d'√Ęme. Car Bertman a simplement mutil√© Carmen, tronqu√© l'oeuvre de Bizet, en d√©coupant la partition √† plaisir, supprimant non seulement les r√©citatifs, mais √©galement de grands pans de choeurs. Certes Lev Dodin, vieux routier de la mise en sc√®ne russe, avait pris de grandes libert√©s avec la Dame de Pique pour Amsterdam et l'Op√©ra-Bastille, mais il partait du principe que Tchaikovski avait trahi Pouchkine. C'√©tait donc par fid√©lit√© au po√®te qu'il osait s'attaquer √† la partition. B√©jart n'avait pas agi autrement, dans son Rom√©o et Juliette, estimant que Berlioz n'avait pas √©t√© fid√®le, lui non plus, √† Shakespeare ! Or l'esprit de l'oeuvre √©tait sauf.


    Peut-on en dire autant de cette Carmen, fille de joie, dans une banlieue sordide, o√Ļ elle r√®gne, parmi les trafiquants et les voleurs, accordant son corps √† la police pour qu'elle ferme les yeux ? Ainsi avant l'acte des contrebandiers, elle a d√©j√† tout donn√© √† Escamillo (sic), ce qui renouvelle √©videmment la dramaturgie de fond en comble. Enfin devant le manque de virilit√© de Don Jos√©, c'est Micha√ęlla qui trucide Carmen. Les hommes sont v√™tus de cuir clout√©, les filles ont la cuisse √† l'air et le reste √† l'avenant, bref c'est Carmen sauce West Side Story, par des Russes satur√©s de mauvaise t√©l√©vision am√©ricaine, pour √©chapper d√©finitivement aux diktats moraux du communisme.
    Je connais bien la r√©action agac√©e des critiques russes devant la prononciation des chanteurs occidentaux dans les ouvrages de Moussorgski ou Rimski-Korsakov, seulement, me semble-t-il, ils respectent la ligne de chant et ils ont appris √† respirer aux bons endroits. Ce ne fut pas le cas, lors de la repr√©sentation de Carmen", car chacun prononce n'importe comment les m√™mes mots ou les m√™mes noms. Et les interpr√®tes, m√™me les meilleurs, respirent n'importe o√Ļ, coupant les phrases en les rendant ridicules ou incompr√©hensives. Cela fait beaucoup d'injures pour l'infortun√©e Carmen !
    Heureusement, il y a en sc√®ne deux chanteuses exceptionnelles. Larissa Kostiouk qui campe une Carmen superbe, grande, arrogante de beaut√© et de s√©duction vocale. Elle a vingt-cinq ans et on r√™verait de l'entendre en Comtesse de la Dame de Pique. Et Elena Voznesenkaya qui est une Mica√ęlla ravissante, √† la voix claire et sans vibrato. Elle joue bien et ne prononce pas trop mal. Mais autour de ces deux incarnations oppos√©es de la f√©minit√©, le reste n'est que m√©diocrit√© et laideur, physiques et vocales.
    Que l'Helikon-Opera revienne, et tr√®s vite, mais dans une salle comme celle de Bobigny, voire au Th√©√Ętre de la Ville et, surtout, avec un r√©pertoire √† sa mesure, c'est-√†-dire russe.




    Le 01/03/2000
    Antoine Livio (1931-2001)

    Carmen par le Th√©√Ętre Helikon de Moscou au Th√©√Ętre des Champs Elys√©es, Paris.
    Carmen de Georges Bizet
    Orchestre et Choeurs de l'Helikon-Opera de Moscou
    Direction musicale : Valery Kritskov
    Mise en scène : Dmitri Bertman
    Décors : Igor Nezhny
    Costumes : Tatiana Touloubieva
    Avec Larissa Kostiouk (Carmen), Elena Voznesenkaya (Micha√ęlla), Marina Karpetchenko (Fransquita), Ekaterina Oblezova (Merc√©d√®s), Vadim Zaplechny (Don Jos√©), Igor Tarasov (Escamillo), Mikha√Įl Gujov (Zuniga), Andre√Į Vylegjanine (Morales), Andre√Į Salnikov (El Remendado), Sergue√Į Kostiouk (El Dancairo).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com