altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 juin 2018

Concert de l'Orchestre symphonique de Londres sous la direction de Pierre Boulez au Théâtre du Châtelet, Paris.

Fastueux anniversaire pour le LSO
© Marie Noelle Robert

À l'occasion de ses 100 ans et en prévision des 80 ans de Pierre Boulez, le London Symphony Orchestra réservait l'une de ses apparitions européennes aux Parisiens, dans un détour par le Théâtre du Châtelet pour deux concerts. Le second, focalisé sur le Sacre du printemps, faisait partie des événements symphoniques de la saison. Et pour cause.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 22/10/2004
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le retour du cygne

  • Bizarre bizarre…

  • Cheffe sans ombre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La veille, l'Orchestre symphonique de Londres avait donné la Septième Symphonie de Mahler. Ce soir, le programme commence par Boulez-compositeur avec Dérive 2, work in progress achevé en 2002 où abondent couleurs enivrantes et rythmes complexes dans un flot quasi continu, juste entrecoupé de quelques silences en fin de pièce. La maîtrise du coloris instrumental force le respect, tout comme le chatoiement des sonorités, mais passées les dix premières minutes, on perd un peu pied dans la prolixité d'une pièce tout sauf concise.

    Après l'entracte, Boulez-chef attaque avec une maîtrise toujours parfaite le chef-d'oeuvre miniature que sont les Symphonies d'instruments à vent de Stravinski. Excellente prestation pour ce petit requiem instrumental à la mémoire de Claude Debussy dont le chef français restitue à merveille les sonorités acérées, la variété des éclairages dans les changements de registres et d'orchestration – avec en prime les cliquetis d'une clé de la flûte en sol. Les souffleurs du LSO, pas toujours précis en début de pièce, font par la suite étal d'une belle homogénéité et d'une précision impressionnante dans l'intonation.

    Reste enfin le plat de résistance, fortement attendu car connu comme l'une des plus belles réussites interprétatives du chef français : le Sacre du printemps de Stravinski. On connaît les qualités de Boulez dans cette apothéose du rythme et des instruments à vent : précision rythmique, clarté des textures, lecture hyper analytique. Et l'orchestre londonien montre décidément une superbe tenue. Si dans l'ensemble, les bois déçoivent – un basson au premier solo bien tendu et hésitant –, les cuivres, souverains, et les cordes, tranchantes, rivalisent de virtuosité avec des percussions donnant une touche de barbarie bienvenue au chef-d’œuvre nihiliste du jeune Stravinski.

    L'orchestre délivre des petits moments d'anthologie, comme ces stupéfiants pianissimi de trompettes, cette ambiance très moite aux roulements de grosse caisse souterrains que l'auteur du Marteau sans maître a toujours imposé dans l'Introduction de la deuxième partie. Et si la Danse sacrale, toujours abordée dans un tempo retenu par le chef français, apparaît ce soir plus lente que jamais, elle n'en explore que mieux les micro-saillies des cuivres auxquelles elle donne un maximum d'acuité.

    On ne peut toutefois s'empêcher d'éprouver une légère déception devant une lecture qui paraît un rien extérieure, beaucoup plus calculée que vécue comme l'était celle que Boulez avait donnée en septembre 2002 à Lucerne avec le Philharmonique de Berlin, un concert absolument apocalyptique, qui fait résonner en comparaison la prestation de ce soir comme une assez lointaine réplique sismique.

    Mais ne boudons pas notre plaisir, car un Sacre par Boulez et LSO ne fait pas, et de loin, partie du pain quotidien des salles parisiennes.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 22/10/2004
    Yannick MILLON

    Concert de l'Orchestre symphonique de Londres sous la direction de Pierre Boulez au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Pierre Boulez (*1925)
    Dérive 2 (1998-2002)

    Igor Stravinski (1882-1971)
    Symphonies d'instruments à vent (1920)
    Le Sacre du printemps, tableaux de la Russie païenne en deux parties (1913)

    London Symphony Orchestra
    direction : Pierre Boulez

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com