altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 décembre 2018

Concert de l'Orchestre de Paris sous la direction de Valery Gergiev au Théâtre du Châtelet, Paris.

Moussorgski redécouvert
© Emi Classics

Programme éclectique pour les débuts de Valery Gergiev à la tête de l'Orchestre de Paris. Si la première partie consacrée à Liadov et Schumann n'a pas vraiment convaincu, les Tableaux d'une exposition de Moussorgski ont retrouvé leurs vraies couleurs après l'entracte. Avec un Orchestre de Paris des grands soirs.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 02/12/2004
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Transcendantal

  • De l’anxiété à l’extase

  • Mahler en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Comme la plupart des orchestres français, l'Orchestre de Paris déploie sa sonorité de fête dans les grandes occasions. On ne l'avait pas entendu sonner aussi somptueusement depuis longtemps. Le rayonnement et le talent de Valery Gergiev y sont sans aucun doute pour beaucoup, mais aussi le mental de ces excellents musiciens qu'il faut stimuler et qui relèvent ainsi le défi engendré par ce type de confrontation. Ils peuvent le plus
    quand ils y consentent.

    Le discret poème symphonique de Liadov Le lac enchanté précédait en première partie la 2e symphonie de Schumann. Belle sonorité de l'orchestre donc, mais direction assez décevante d'un Gergiev plus préoccupé chez Schumann d'effets extérieurs que de recherche intérieure. De l'énergie, certes, notamment dans le Scherzo, mais pas assez de poésie ni de rêve, ni même de cette dimension intime et intellectuelle qui est sous-jacente à tout l'oeuvre du compositeur.

    En revanche, c'est une vraie redécouverte de ce que les Tableaux d'une exposition de Moussorgski dans l'orchestration de Ravel ont de plus authentiquement russe et ravélien que le grand chef donne ensuite. Avec un magnifique travail sur l'harmonie et les percussions, des tempi sans précipitation, une répartition parfaitement exacte des couleurs instrumentales, on retrouvait à la fois le Moussorgski de Boris Godounov, notamment dans la Grande Porte de Kiev si proche du Sacre du tsar, et un Ravel génial orchestrateur qui a su justement répartir l'instrumentation de manière à garder ces couleurs et ces équilibres de timbres.

    Nous sommes aux antipodes de tant d'interprétations superficiellement pompeuses et clinquantes, tonitruantes, généralement trop hâtives. Une sorte de perfection en la matière, comme un tableau restauré dont on retrouve enfin l'authenticité. Et quelle démonstration orchestrale dans tous les pupitres, investis, engagés avec une foi totale dans ce que Gergiev leur propose !




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 02/12/2004
    Gérard MANNONI

    Concert de l'Orchestre de Paris sous la direction de Valery Gergiev au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Anatoli Liadov (1855-1914)
    Le lac enchanté, scène de conte de fée op. 62 (1909)

    Robert Schumann (1810-1856)
    Symphonie n° 2 en ut majeur, op. 61 (1846)

    Modest Moussorgski (1839-1881)
    Tableaux d'une exposition (1874)
    Orchestration de Maurice Ravel (1922)

    Orchestre de Paris
    direction : Valery Gergiev

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com