altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 juillet 2019

Falstaff de Verdi

Sir John et les femmes
© Eric Mahoudeau

Jean-Philippe Lafont mène l'action tambour battant

La verve de Jean-Philippe Lafont et un quatuor féminin exceptionnel donnent toute leur saveur aux héros imaginés par Shakespeare et Verdi.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 10/12/1999
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Aix 2019 (1) : Tosca en plan-sĂ©quence

  • Mortagne 2019 : Hors du commun

  • Ferveur baroque verdienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Après deux Mozart passablement ratĂ©s (Les Noces de Figaro Ă  Lausanne et Don Giovanni Ă  Paris), on pouvait tout craindre de la mise en scène de Dominique Pitoiset. Sans ĂŞtre brillant, son Falstaff n'a rien de dĂ©shonorant; il est rythmĂ©, mouvementĂ©, frisant parfois le dĂ©sordre dans la mystification finale, mais guère approfondi psychologiquement. La dĂ©ception, pourtant, ne vient pas de lĂ , ni mĂŞme d'une inutile transposition qui situe l'action au dĂ©but du XXè siècle, mais de la direction sèche et sans gande imagination de James Conlon. Fort heureusement, un plateau Ă©patant se charge de mener la danse. Jean-Philippe Lafont, dĂ©laissant pour un moment des personnages aussi sombres que Macbeth et Wozzeck, joue les rondeurs et campe un "Pancione" bougrement sympathique, plus ouvertement comique qu'ambigu. A ses cĂ´tĂ©s, le Ford de classe d'Anthony MichaĂ«ls-Moore, et le Fenton juvĂ©nile de Paul Groves, un tĂ©nor que l'on remarque de plus en plus et dont le timbre Ă©clatant et chaleureux est un vrai plaisir. Les comparses sont croquĂ©s avec humour et pittoresque, en forçant parfois le trait. Mais le quatuor fĂ©minin est aussi agrĂ©able Ă  regarder qu'Ă  entendre. Christine Goerke est une Alice pimpante, rivalisant en musicalitĂ© avec l'Ă©lĂ©gante Meg de Katarina Karneus. Stephanie Blythe (pour une fois, une Mrs. Quickly qui n'a rien d'une virago) Ă©tale un timbre grave superbe, et Patrizia Ciofi (Nannetta) est exquise. De quoi tourner la tĂŞte du sĂ©ducteur le plus impĂ©nitent.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 10/12/1999
    Michel PAROUTY

    Falstaff de Verdi
    Opéra Bastille, Paris
    Direction musicale : James Conlon
    Mise en scène : Dominique Pitoiset
    DĂ©cors : Alexandre Beliaev
    Costumes: Elena Rivkina
    Avec Jean-Philippe Lafont (Falstaff), Anthony Michaëls-Moore (Ford), Paul Groves (Fenton), Christine Georke (Alice), Katarina Karneus (Meg), Stephanie Blythe (Mrs. Quickly), Patrizia Ciofi (Nannetta).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com