altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 septembre 2018

Falstaff de Verdi

Sir John et les femmes
© Eric Mahoudeau

Jean-Philippe Lafont mène l'action tambour battant

La verve de Jean-Philippe Lafont et un quatuor féminin exceptionnel donnent toute leur saveur aux héros imaginés par Shakespeare et Verdi.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 10/12/1999
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Lucerne 2018 (2) : Ainsi parlait Thomas Rolfs

  • Grandeur et carences

  • Lucerne 2018 (1) : Haute voltige

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Après deux Mozart passablement ratés (Les Noces de Figaro à Lausanne et Don Giovanni à Paris), on pouvait tout craindre de la mise en scène de Dominique Pitoiset. Sans être brillant, son Falstaff n'a rien de déshonorant; il est rythmé, mouvementé, frisant parfois le désordre dans la mystification finale, mais guère approfondi psychologiquement. La déception, pourtant, ne vient pas de là, ni même d'une inutile transposition qui situe l'action au début du XXè siècle, mais de la direction sèche et sans gande imagination de James Conlon. Fort heureusement, un plateau épatant se charge de mener la danse. Jean-Philippe Lafont, délaissant pour un moment des personnages aussi sombres que Macbeth et Wozzeck, joue les rondeurs et campe un "Pancione" bougrement sympathique, plus ouvertement comique qu'ambigu. A ses côtés, le Ford de classe d'Anthony Michaëls-Moore, et le Fenton juvénile de Paul Groves, un ténor que l'on remarque de plus en plus et dont le timbre éclatant et chaleureux est un vrai plaisir. Les comparses sont croqués avec humour et pittoresque, en forçant parfois le trait. Mais le quatuor féminin est aussi agréable à regarder qu'à entendre. Christine Goerke est une Alice pimpante, rivalisant en musicalité avec l'élégante Meg de Katarina Karneus. Stephanie Blythe (pour une fois, une Mrs. Quickly qui n'a rien d'une virago) étale un timbre grave superbe, et Patrizia Ciofi (Nannetta) est exquise. De quoi tourner la tête du séducteur le plus impénitent.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 10/12/1999
    Michel PAROUTY

    Falstaff de Verdi
    Opéra Bastille, Paris
    Direction musicale : James Conlon
    Mise en scène : Dominique Pitoiset
    Décors : Alexandre Beliaev
    Costumes: Elena Rivkina
    Avec Jean-Philippe Lafont (Falstaff), Anthony Michaëls-Moore (Ford), Paul Groves (Fenton), Christine Georke (Alice), Katarina Karneus (Meg), Stephanie Blythe (Mrs. Quickly), Patrizia Ciofi (Nannetta).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com