altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 16 novembre 2018

Récital d'Alexandre Tharaud au Théâtre de la Ville, Paris.

Bach l'Italien
© Eric Manas

Bach inspiré par ses contemporains italiens sous les doigts raffinés et sobres d'Alexandre Tharaud. Ce récital donné au Théâtre de la Ville oscille entre fermeté et incertitude. Dans une ambiance délicieusement feutrée, le pianiste doit s'affirmer au cours du récital pour un concert globalement réussi.
 

Théâtre de la Ville, Paris
Le 12/02/2005
Sylvia AVRAND-MARGOT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tout en finesse

  • Couple enchanté

  • Du gris terne au rose bonbon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On aime ses doigts clairs, la légèreté de son discours et l'équilibre de ses constructions. Tout le monde a évidemment en tête ses récentes incursions dans la musique de Rameau. Alors le programme du récital d'Alexandre Tharaud au Théâtre de la ville avait tout pour réjouir : Bach, celui du célèbrissime Concerto Italien mais aussi de pages plus méconnues comme les Concertos pour clavier seul BWV 974, 975, 973, 981, une Aria et une Sicilienne.

    L'atmosphère est feutrée, douce. Il avait été demandé au public de ne pas se manifester avant la toute dernière note. Excellente idée grâce à laquelle une ambiance intime s'est instaurée, un moment de communion comme en marge du monde extérieur. Alexandre Tharaud a mis un certain temps avant de véritablement entrer dans les oeuvres, alternant les moments d'absolue transparence avec des plages curieusement plus confuses.

    Il se remet pourtant vite sur pieds avec des phrases rehaussées d'ornements aériens et fermes. D'autres formules déstructurées à bon escient mettent en valeur l'admiration qu'avait Bach pour ses contemporains, inspirateurs de plusieurs des oeuvres données ce soir. On peut en revanche se demander pourquoi le Concerto Italien comporte tant d'accents et de renflements du son qui coupent la fluidité de la ligne plus qu'ils ne peuvent la servir.

    L'avant dernière oeuvre, le Concerto en sol majeur est certainement la plus réussie. Un toucher élastique, une mélodie flottant librement au-dessus d'une nappe veloutée, une rapidité électrique, le contrastes de notes liées et lourées
    Enfin on y est. Autre moment fort, la transcription du pianiste de la Sicilienne BWV 596. Lorsque le public peut se manifester, c'est pour montrer son enthousiasme et rappeler Alexandre Tharaud qui revient quatre fois sur scène dans des bis vraiment parfaits.




    Théâtre de la Ville, Paris
    Le 12/02/2005
    Sylvia AVRAND-MARGOT

    Récital d'Alexandre Tharaud au Théâtre de la Ville, Paris.
    Bach
    Alexandre Tharaud, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com