altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 février 2018

Premier livre du Clavier bien tempéré de Bach par Daniel Barenboïm dans le cadre de Piano**** au Théâtre du Châtelet, Paris.

La magie d'un poète

Daniel Barenboïm n'avait pas choisi la facilité. Les vingt-quatre Préludes et Fugues du premier livre du Clavier bien tempéré de Bach lui ont pourtant permis de rappeler qu'il reste un poète et un penseur unique aujourd'hui dans le domaine du piano. Un récital Piano**** tout simplement magique.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 11/04/2005
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Une leçon de piano

  • Les goûts réunis

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ouvrir l'éternel débat du choix de l'instrument pour le Clavier bien tempéré de Bach devient ici totalement dérisoire. Clavecin ou piano ? Peu importe quand Daniel Barenboïm est au clavier. Qui d'autre que lui pourrait d'ailleurs nous fasciner à ce point une soirée entière avec ces cycles monumentaux, Variations Goldberg, Préludes de Chopin ou autres, en nous donnant l'illusion que nous les découvrons avec lui ?

    Car perdu dans ses pensées, au moins en apparence, il semble recréer chaque page selon un infaillible instinct poétique qui trouve les tempi les plus vivants, les accentuations les plus vraies, la dynamique la plus parlante. Qu'il s'agisse des pages plus virtuoses ou de celles totalement contemplatives comme certaines grandes fugues extrêmement complexes sous leur calme apparent, traitées dans d'impalpables demi-teintes jamais détimbrées ni affadies, le propos est toujours passionnant, touchant, personnel. Les structures restent d'une limpidité absolue.

    Sans jamais pouvoir être qualifiée de trop romantique, l'interprétation va aussi loin que possible pour s'adresser autant à la sensibilité qu'à l'intellect avec une subtilité arachnéenne. On vit intensément ces changements de climat, de rythme, d'architecture, finalement déjà assez proches de ce que seront les grands cycles de mélodies du siècle suivant. Ici, comme chez Mozart et plus tard chez Schubert, l'intensité, la densité de l'expression prennent toujours la forme d'une écriture de plus en plus épurée, avec de moins en moins de notes.

    Donner vie à un tel ensemble exige un immense instinct musical, bien au-delà de toute technique. Barenboïm le possède au plus haut degré, lui qui parvient à pratiquer à pareil niveau ce répertoire tout en menant la plus active carrière de chef symphonique international et de directeur d'opéra. On le sait bien, mais on s'en étonne toujours !




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 11/04/2005
    Gérard MANNONI

    Premier livre du Clavier bien tempéré de Bach par Daniel Barenboïm dans le cadre de Piano**** au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Bach
    Daniel Barenboïm, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com