altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 février 2020

Nouvelle production de la Bohème de Puccini mise en scène par Gilles Bouillon au Grand Théâtre de Tours.

Dans la Nouvelle Vague
© François Berthon

Après un Don Carlo pris au piège de l'exiguïté, le Grand Théâtre de Tours propose pour clore sa saison une nouvelle production de la Bohème. Dans cet écrin idéal où le moindre geste, le moindre souffle sont perceptibles, le chef-d'oeuvre de Puccini nous parle de nous avec une humble sincérité, porté par une troupe soudée par la mise en scène exemplaire de Gilles Bouillon.
 

Grand Théâtre, Tours
Le 21/04/2005
Mehdi MAHDAVI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Avec ombre…

  • Gluck en noir et blanc

  • Philosophie des lumières

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Depuis quinze ans, Gilles Bouillon oeuvre avec passion au Centre Dramatique RĂ©gional de Tours. S'associant Ă  un talent trop peu reconnu, Jean-Yves Ossonce, directeur de l'OpĂ©ra de Tours, lui a offert une dizaine de productions, parmi lesquelles on distinguera Dialogues des CarmĂ©lites, PellĂ©as et MĂ©lisande ou encore Un Ballo in Maschera.

    Pour cette nouvelle production de la Bohème, le metteur en scène a trouvé le ton juste, l'atmosphère idéale. Transposé dans le Quartier Latin des années 1960, son travail se nourrit, toujours à l'essentiel, en détails d'une pertinente finesse, des instantanés de Robert Doisneau et des films de la Nouvelle Vague : les changements de décors en ombres chinoises et la présence d'un projecteur entraînent le spectateur dans l'effervescence même d'un studio de cinéma.

    Et son théâtre s'anime avec la vérité, le naturel qu'il faut pour ne pas froisser la pellicule par la pose ou l'emphase prétendument véristes. Pas une minute sans qu'on n'y croit : les personnages évoluent avec une aisance plus vraie que nature – impossible même de les imaginer autrement que peuplant ce Paris en noir et blanc, chaque instant magnifié par l'engagement, l'enthousiasme, la douleur aussi, et authentiques, vécus.

    De sa baguette alerte, précise, Bruno Ferrandis imprègne un orchestre inévitablement étroit mais dans une forme splendide, d'une vitalité exaltante. Par souci du détail, le moindre sourire, la moindre grimace, les larmes aussi, trouvent sous sa direction un relais musical d'une rare subtilité. Même lorsque la mort rôde, le chef français reste d'un parfait contrôle, jamais larmoyant, toujours juste et investi.

    Voix fraîches, pénétrantes, sensibles, la distribution se meut avec bonheur, en un miraculeux esprit de troupe. Nicolas Courjal, timbre soyeux, musicien attentif, fait un Colline d'insolente jeunesse, tandis que Ronan Nédélec virevolte, Schaunard d'humour inépuisable. Jean-Sébastien Bou, présences physique, vocale formidables, chante, et joue, et dit Marcello à la perfection. Musetta toute en jambes qui fait tourner plus que les têtes, Karen Vourc'h délecte d'un timbre léger et pimpant, avec une grâce canaille. Et si Jean-Francis Monvoisin n'est pas toujours vocalement séduisant, phrasé parfois raide, émission souvent contrainte, mais aigu facile et timbre franc, son Rodolfo touche par maladresse et sincérité.

    Dans une tessiture qui lui est idĂ©ale, Mireille Delunsch pose sa voix camĂ©lĂ©on sur un grave dĂ©bordant de sensualitĂ©, tandis que l'aigu s'illumine, et le mĂ©dium, nourri d'un art de diseuse toujours magistral, vibre au contact Ă©mu du mot. D'une bouleversante maĂ®trise de la phrase puccinienne, elle exprime, actrice miraculeuse de naturel, moderne, les fragilitĂ©s de tout son ĂŞtre, Mimi d'une noble humilitĂ©, astre expirant d'une Bohème « nouvelle vague Â» en Ă©tat de grâce.



    La production sera reprise avec la même distribution les 29 avril, 1er et 3 mai prochains au Grand Théâtre de Reims.




    Grand Théâtre, Tours
    Le 21/04/2005
    Mehdi MAHDAVI

    Nouvelle production de la Bohème de Puccini mise en scène par Gilles Bouillon au Grand Théâtre de Tours.
    Giacomo Puccini (1858-1924)
    La Bohème, opéra en quatre actes (1896)
    Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica.

    Choeurs et Maîtrise de l'Opéra de Tours
    Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Tours
    direction : Bruno Ferrandis
    mise en scène : Gilles Bouillon
    dramaturgie : Bernard Pico
    scénographie : Nathalie Olt
    costumes : Marc Anselmi
    Ă©clairages : Michel Theuil
    chef des choeurs : Aurore Marchand
    direction de la Maîtrise : Pascal Verheeke

    Avec :
    Mireille Delunsch (Mimi), Karen Vourc'h (Musetta), Jean-Francis Monvoisin (Rodolfo), Jean-Sébastien Bou (Marcello), Ronan Nédélec (Schaunard), Nicolas Courjal (Colline), Jean-Louis Mélet (Benoît et Alcindoro).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com