altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 aoŻt 2020

Récital de la soprano Karina Gauvin accompagnée par les Boréades de Montréal à la salle Gaveau, Paris.

Sortilèges d'un diamant pur

Karina Gauvin

La lumi√®re d'Arleen Aug√©r, les facilit√©s de Lynne Dawson et l'opulence de Ren√©e Fleming s'accordent en un savant dosage dans le chant √©poustouflant de Karina Gauvin, soprano qu√©b√©coise encore trop rare de ce c√īt√© de l'Atlantique. En compagnie des Bor√©ades de Montr√©al, elle s'orne des plus beaux joyaux du bel canto londonien.
 

Salle Gaveau, Paris
Le 10/05/2005
Mehdi MAHDAVI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2020 (1) : Le retour √† la vie

  • L'aube d'√©t√©

  • R√©ouverture

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • D'apr√®s la l√©gende scrupuleusement rapport√©e par Charles Burney dans son Histoire g√©n√©rale de la musique, un valet de pied se serait √©cri√© en entendant Francesca Cuzzoni, cr√©atrice mythique de Rodelinda et Cl√©op√Ętre : ¬ę Nom de nom, elle a un nid de rossignols dans le ventre ! ¬Ľ C'est une rivi√®re de diamants que renferme le gosier de Karina Gauvin. Et si les premiers Purcell ne font que r√©v√©ler la lumi√®re du timbre et sa conduite instrumentale, les contrastes incantatoires de From rosy bowers, extrait de The Comical history of Don Quixote, d√©voilent une trag√©dienne aux r√©citatifs d√©vastateurs.

    Soutenue avec davantage de go√Ľt du brio et d'√©nergie dramatique que de pr√©cision et de justesse par les Bor√©ades de Montr√©al, accueillant le claveciniste Nicolau de Figueiredo pour un dialogue privil√©gi√©, la miniature purcellienne se pare alors des intenses reflets d'un timbre kal√©idoscopique, √©blouissant miroir des passions, de d√©licate ros√©e en d√©lices paradisiaques, colorature cisel√©e et fra√ģche, √©panouie, sensuelle, avec ces r√©serves d'ampleur et de couleurs qui m√™lent l'a√©rien au charnel, d'un naturel virtuose, d'exub√©rance sans exc√®s ni sophistication.

    Avec quelle concentration se d√©nude la ligne √©perdue du lamento de Didon, d'une lumi√®re cr√©pusculaire, ondoyante, o√Ļ Karina Gauvin s'√©teint divine purcellienne, pour rena√ģtre haend√©lienne plus envo√Ľtante encore, ni plus ni moins sans concurrence. La cantate romaine Tra le fiamme, aussi frustrante que tronqu√©e ainsi r√©duite √† deux airs, la montre certes pr√©cautionneuse, mais de trille authentique, pur, souverain, la ligne nourrie de tenue bel cantiste, en suspensions dynamiques infinies. Et lib√©r√©, Crudel tiranno amor se gorge de volupt√© vocale, le grave chaud et moelleux de voyelles assombries, √©loquentes, le haut m√©dium scintillant des mille flammes de l'esp√©rance, ou de la plus fantasque fureur, de tragique agilit√©.

    Mais Tornami a vagheggiar d'une Morgana aux piqués étourdissants, et Lascia ch'io pianga, d'une bouleversante richesse de timbre, la simplicité éveillant le plus palpable désir de larmes perlées, sont d'impuissants sortilèges à dissimuler la véritable nature de l'enchanteresse, Alcina née pour la légende.




    Salle Gaveau, Paris
    Le 10/05/2005
    Mehdi MAHDAVI

    Récital de la soprano Karina Gauvin accompagnée par les Boréades de Montréal à la salle Gaveau, Paris.
    The London scene
    ¬Ćuvres de Henry Purcell et Georg Friedrich Haendel

    Karina Gauvin, soprano
    Les Boréades de Montréal
    fl√Ľte et direction : Francis Colpron

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com