altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 mai 2020

Cycle Debussy 2000 au Théâtre des Champs-Élysées à Paris.

Debussy printanier

L'orchestre National de France poursuivait son cycle " Debussy 2000 " avec trois partitions de jeunesse fortement oubliées et d'intérêt inégal. C'est le Printemps, composé à Rome en 1887 qui remportait la palme, dirigé par un chef d'orchestre vif-argent, Jacques Mercier, dont l'interprétation très colorée et contrastée de l'Oiseau de feu de Stravinsky, également au programme, manquait cependant de magie et de profondeur.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 17/04/2000
Michèle LARIVIERE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Réchauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Réussir le célèbre Prix de Rome a demandé à de nombreux compositeurs français bien des compromissions dans leur écriture musicale. Si Debussy, après un échec avec la cantate Le Gladiateur en 1883, réussit l'année suivante avec l'Enfant prodigue, c'est en tenant compte des goûts de ses futurs juges. Le livret est insipide et l'on retrouve toutes les influences volontaires de Gounod ou Delibes, maîtres lyriques vénérés. Cette partition pour trois solistes, choeur et orchestre, un peu orientalisante, avec un usage des flûtes et du tambourin, reste encore très académique, ennuyeuse parfois, malgré certains beaux airs, dont celui de Lia, interprétée par la soprano Norah Amsellem dont le lyrisme puissant et raffiné ferait sans doute merveille dans La Traviata. À signaler aussi la belle diction et la voix naturelle du baryton Gérard Théruel. C'est à Rome, à la Ville Médicis, que Debussy compose sa première oeuvre symphonique "Le Printemps", que les membres de l'Institut refuseront d'inscrire au concert traditionnel "d'envois de Rome ", la jugeant trop impressionniste. On y décèle déjà, fort heureusement, certaines couleurs lumineuses et enchanteresses du futur Prélude de l'après-midi d'un faune ou de Pelléas et Mélisande, avec en final une explosion de rythme presque jazz que l'Orchestre National de France a très bien rendue. Par contre, dans la Fantaisie pour piano et orchestre, une oeuvre plutôt concertante et classique de 1890, l'orchestre plus envahissant, moins dominé, étouffait la finesse très subtile et la conviction intérieure de Frank Brailey qui connaissait la partition par coeur !




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 17/04/2000
    Michèle LARIVIERE

    Cycle Debussy 2000 au Théâtre des Champs-Élysées à Paris.
    Claude Debussy : Printemps, suite symphonique, L'Enfant prodigue, Fantaisie pour piano et orchestre en sol majeur - Igor Stravinsky : L'Oiseau de feu
    Orchestre National de France
    Choeur de Radio France
    Frank Brailey, piano
    Direction : Jacques Mercier
    Avec Norah Amselem (soprano), Guy Fletcher (ténor), Gérard Téruel (baryton).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com