altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 octobre 2019

Reprise de Rusalka de Dvoř√°k dans la mise en sc√®ne de Robert Carsen et sous la direction de Jir√≠ Belohl√°vek √† l'Op√©ra de Paris.

Le feu sous la glace
© Eric Mahoudeau

Pour cette reprise de la tr√®s esth√©tisante production de Rusalka que Robert Carsen avait sign√©e en 2002 √† la Bastille, l'h√©ro√Įne de Dvoř√°k a la sveltesse et la fougue br√Ľlante de la belle Olga Guryakova. Une pr√©sence impressionnante qui parvient √† succ√©der sans peine √† la somptueuse Ren√©e Fleming.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 14/09/2005
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Quatre sur Six

  • Les Indes en Italie

  • D√©luge sonore

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Avec une oeuvre √† tendance panth√©iste o√Ļ la nature est un v√©ritable personnage, un peu comme dans la L√©gende de la cit√© invisible de Kit√®ge de Rimski-Korsakov, un metteur en sc√®ne n'a gu√®re que deux solutions : jouer le jeu d'un r√©alisme minutieux, touffu et dangereux √† bien des √©gards, ou abandonner toute tentative de repr√©sentation figurative. Robert Carsen a naturellement opt√© pour la deuxi√®me solution, pr√©f√©rant des √©clairages glac√©s et les murs d'une vaste chambre d'h√ītel tr√®s design minimaliste √† une multitude de joncs, fleurettes et √©l√©ments aqueux.

    M√™me si l'on peut estimer que ce contexte glac√© n'est pas forc√©ment en accord avec l'effervescence de la musique de Dvoř√°k ni avec le d√©cha√ģnement de la passion de l'h√©ro√Įne, on ne peut nier que les effets sont beaux dans leur sobri√©t√©. Une fois compris qu'on ne verrait que l'id√©e d'un lac et que seule l'astucieuse inversion du d√©cor d√©doubl√© du premier acte √©voquerait les profondeurs o√Ļ vivent nymphes et esprits du lac, on doit reconna√ģtre que les images propos√©es aident √† √©couter la musique et la mettent m√™me en valeur. D'autant qu'une tr√®s scrupuleuse direction d'acteurs, comme toujours chez Carsen, permet √† chaque personnage de prendre toute son √©paisseur dramatique. Un beau spectacle donc, rigoureux, avec quelques vrais trucs de th√©√Ętre tr√®s appr√©ciables.

    © Eric Mahoudeau

    De la riche √©criture orchestrale de Dvoř√°k, le chef Jir√≠ Belohl√°vek nous donne une lecture g√©n√©reuse, pr√©cise, dont les tr√®s subtils √©quilibres et les accents parfaitement plac√©s ne nuisent jamais √† une sorte de spontan√©it√©, de jaillissement qui suit les fluctuations passionnelles de la malheureuse Rusalka. Cette derni√®re a l'avantage d'√™tre chant√©e par Olga Guryakova, totalement √† l'aise dans ce r√©pertoire, comme elle l'avait √©t√© dans Eug√®ne On√©guine ou dans la Guerre et la Paix.

    Silhouette fr√™le mais voix rayonnante, tr√®s expressive, toujours musicale, Guryakova propose une approche magistrale du personnage, jouant avec tous les contrastes de son involontaire froideur et de son incandescente passion. L√† o√Ļ Ren√©e Fleming apportait s√Ľrement plus d'onctuosit√© et un autre type de musicalit√© il y a trois ans, la jeune Russe conf√®re jeunesse et √©lan au personnage, avec une voix dont l'ampleur √©tonne chez une artiste qui n'a qu'une petite dizaine d'ann√©es de vraie carri√®re derri√®re elle.

    Tous les autres protagonistes sont tout √† fait √† leur place : ceux que l'on conna√ģt d√©j√† comme Franz Hawlata en Esprit des eaux, et ceux que l'on d√©couvre comme Anda Luise Bogza, Princesse √©trang√®re √† la voix richement timbr√©e, ou encore le t√©nor australien Stuart Skelton, Prince tout en nuances, musical mais manquant sans doute un peu d'impact vocal et sc√©nique face √† la flamboyante Guryakova.

    Un très beau spectacle d'opéra qui devrait faire salle comble, alors que de nombreuses places restent vides ce soir au parterre du vaste Opéra Bastille.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 14/09/2005
    Gérard MANNONI

    Reprise de Rusalka de Dvoř√°k dans la mise en sc√®ne de Robert Carsen et sous la direction de Jir√≠ Belohl√°vek √† l'Op√©ra de Paris.
    Antonin Dvoř√°k (1841-1904)
    Rusalka, conte lyrique en trois actes (1901)
    Livret de Jaroslav Kvapil

    Choeurs et Orchestre de l'Opéra national de Paris
    direction : Jirí Belohlávek
    mise en scène : Robert Carsen
    décors et costumes : Michael Levine
    éclairages : Robert Carsen et Peter van Praet
    chorégraphie : Philippe Giraudeau

    Avec :
    Stuart Skelton (le Prince, Anda Louise Bogza (la Princesse √©trang√®re), Olga Guryakova (Rusalka), Franz Hawlata (l'Esprit du lac), Larissa Dyadkova (Je¬ěibaba), Sergei Stilmachenko (la voix d'un chasseur), Karine Deshayes (le gar√ßon de cuisine), Michelle Canniccioni (premi√®re nymphe), Nona Javakhdize (deuxi√®me nymphe), David Bi¬ěic (le garde-forestier).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com