altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 03 avril 2020

Concert de l'Orchestre national de Lyon sous la direction de Bertrand de Billy à l'Auditorium Maurice Ravel avec la participation de la soprano Heidi Brunner.

Schubert à la moulinette
© Carole Parodi

Bertrand de Billy a le vent en poupe. Après une excursion estivale à Salzbourg, l'Orchestre National de Lyon en fait le premier chef invité de ce début de saison pour défendre Messiaen, Berg et Schubert. Alors que l'orchestre témoigne d'un niveau exemplaire, chronique d'une soirée où les choix du chef français font alterner le meilleur et le pire.
 

Auditorium Maurice Ravel, Lyon
Le 07/10/2005
Benjamin GRENARD
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Réchauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Après une Turangalîla léchée au festival de Salzbourg, Bertrand de Billy oeuvre à nouveau dans la mystique de Messiaen aux commandes de l'Orchestre National de Lyon. On est d'emblée conquis par une phalange décidément en grande forme en ce début de saison, d'autant mieux sollicitée par l'exigence technique d'une lecture précise, lumineuse et inflexible. Le contraste violent qui structure les Offrandes oubliées sidère par sa pertinence, qu'il s'agisse de la texture orchestrale littéralement vitrifiée de la Croix que de la férocité dionysiaque du Péché.

    Du même acabit, les Trois fragments de Wozzeck, séduisants de finition, d'évidence, ne cherchent pas à cultiver un expressionnisme à tout crin, mais prennent habilement appui sur l'efficacité et la transparence de l'orchestre : on retiendra des pianissimi magnifiquement posés autant que des percussions laconiques. La tension, toujours maîtrisée et circonscrite, rappelle indubitablement que nous n'atteindrons pas des sommets dans l'intensité théâtrale. Cependant, l'Interlude en ré mineur reste conduit avec force et pertinence, servi par un ONL en état de grâce.

    On ne peut pas en dire autant de Heidi Brunner, manifestement bien intentionnée mais techniquement trop inégale. Des aigus parfois fébriles, un Sprechgesang inexpressif et tâtonnant ne sont guère rachetés pas des moments plus heureux, à l'instar de cet Eia popeia suave ou de la belle projection de ses Heiland !

    Schubert sans les grands espaces

    Devant une direction si pertinente, on restera perplexe face à une Grande de Schubert gagnée en seconde partie par la routine la plus complète. Car malgré un orchestre de grande tenue, résolument impeccable, on s'ennuie ferme ! Le premier mouvement ne prend jamais d'ampleur : l'entrée de cor, trop courte de phrasé, fait perdre toute sensation de grand espace. Bertrand de Billy ne tire strictement rien des moyens employés : énergie rythmique sans tension, finition orchestrale sans délectation, transparence sans fraîcheur : jamais le discours ne fait sens. L'absence patente de fil conducteur, ou même d'arêtes vives auxquelles l'auditeur pourrait se raccrocher, témoignent d'une vision inexistante, d'un Schubert uniformément énergique, aux climats absents et dont le peu de tension finit par se déliter invariablement.

    On n'en gardera en somme que l'image d'un travail propret et indifférent, débité à la moulinette, anesthésiant la lettre schubertienne ; et l'on se demandera décidément quel secret garde le chef français pour qu'un concert commencé sous les meilleures auspices, avec un orchestre des grands soirs, puisse finir de manière aussi monotone.




    Auditorium Maurice Ravel, Lyon
    Le 07/10/2005
    Benjamin GRENARD

    Concert de l'Orchestre national de Lyon sous la direction de Bertrand de Billy à l'Auditorium Maurice Ravel avec la participation de la soprano Heidi Brunner.
    Olivier Messiaen (1908-1992)
    Les Offrandes oubliées, méditation symphonique pour orchestre (1931)

    Alban Berg (1885-1935)
    Trois Fragments de Wozzeck (1925)
    Heidi Brunner, soprano

    Franz Schubert (1797-1928)
    Symphonie n°9 en ut majeur, D. 944, « la Grande Â» (1828)

    Orchestre national de Lyon
    direction : Bertrand de Billy

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com