altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 21 mai 2018

Nouvelle production de l'Étoile de Chabrier mise en scène par Mark Lamos et sous la direction de Jean-Marie Zeitouni à l'Opéra de Montréal.

Éloge de l'absurde
© Yves Renaud

Largement négligé de ce côté-ci de l'Atlantique, Chabrier fait son entrée à l'Opéra de Montréal dans une production alliant burlesque et autodérision pétillante, et mettant en valeur une distribution très homogène. Un spectacle divertissant, où peut s'exprimer également une douce absurdité.
 

Salle Wilfrid Pelletier, Place des Arts, Montréal
Le 12/11/2005
Renaud LORANGER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Un vrai ténor français

  • Étincelant et superficiel

  • Werther en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il faut saluer au tout premier chef l'inventivité de la conception visuelle : la couleur y est omniprésente, au point de devenir reflet d'une psychologie de situation pour le moins versatile ; la chorégraphie et le mouvement, précis et mordants, atteignent eux aussi une légèreté d'atmosphère toute spirituelle et raffinée.

    Car sous des dehors peu accrocheurs, sous l'apparence d'une facilité bancale, la musique de Chabrier révèle des petits bijoux de vocalité et d'orchestration. On songe à Offenbach, bien sûr, la tentation du rapprochement devenant presque inévitable. Et en l'occurrence, inutile de bouder son plaisir : on s'abandonne facilement aux supercheries des protagonistes, au ridicule de leurs contradictions et à l'aberration de leurs luttes contre le destin.

    Si l'on se refusera à identifier le véritable acteur principal de la farce, on insistera sur cette fatalité, sur cette personnification de l'inéluctable qui se pose en trame de fond sérieuse, voire morbide, aux élucubrations autrement peu édifiantes du roi Ouf Ier et de son vaillant entourage. La richesse réelle de l'ouvrage réside probablement dans cette ironie, dans ce sens du sarcasme qui accompagne le regard décapant posé sur la mort ? en de telles circonstances, rien de mieux qu'un peu de recul et une bonne rigolade, semble clamer l'inénarrable monarque.

    © Yves Renaud

    Frédéric Antoun s'impose ici en acteur subtil. Le jeu est toujours teinté d'une touche de folie, toujours juste, en plus de faire écho à la truculence abstraite du masque Pang, rôle de ses débuts in loco dans Turandot l'automne dernier. La voix, qui se déploie avec panache sans jamais pour autant négliger l'unité de la ligne de chant et du phrasé, trouve là un emploi idéal.

    Marie-Josée Lord, plus adepte des rôles de grand lyrique que de d'opéra bouffe, semble éprouver plus de difficulté à trouver ses marques : la prestation d'ensemble est tout à fait honorable, mais on cherche néanmoins une adéquation entre le texte et sa restitution qui demeure malheureusement défaillante. Michèle Losier, débordante d'énergie juvénile, se joue admirablement d'une fausse tessiture de soprano et fait montre d'une certaine endurance alors que le livret lui fait rarement quitter la scène.

    Les choeurs de la maison chantent dans un français idoine et s'épanouissent dans un jeu d'ensemble cohérent et bien intégré. Plus anecdotiques, les contributions des Tapioca, Hérisson, Aloès et Sirocco n'en demeurent pas moins superbes de caractérisation. De manière ultime, c'est cette attention au détail, cette apesanteur des interactions, qui marque vraiment le plateau. Dans la fosse, Jean-Marie Zeitouni anime un orchestre métropolitain ludique et élégant.




    Salle Wilfrid Pelletier, Place des Arts, Montréal
    Le 12/11/2005
    Renaud LORANGER

    Nouvelle production de l'Étoile de Chabrier mise en scène par Mark Lamos et sous la direction de Jean-Marie Zeitouni à l'Opéra de Montréal.
    Alexis Emmanuel Chabrier (1841-1894)
    L'étoile, opéra bouffe en trois actes (1877)
    Livret de d'Eugène Leterrier et d'Albert Vanloo

    Choeur de l'Opéra de Montréal
    Orchestre métropolitain du Grand Montréal
    direction : Jean-Marie Zeitouni
    mise en scène : Mark Lamos
    décors : Andrew Lieberman
    costumes : Constance Hoffman
    éclairages : Robert Wierzel
    chorégraphie : Sean Curran
    préparation des choeurs : Jean-Marie Zeitouni

    Avec :
    Frédéric Antoun (Ouf Ier), Chad Louwerse (Sirocco), Phillip Addis (Tapioca), Antonio Figueroa (Hérisson de Porc-Épic), Michèle Losier (Lazuli), Marie-Josée Lord (Laoula), Monique Pagé (Aloès).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com