altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 01 juin 2020

Le Quatuor Giovanna Marini au Théâtre des Abbesses, Paris.

Le quatuor Giovanna Marini : le chant rebelle de l'identité italienne

C'est une longue histoire avec la terre italienne que nous raconte Giovanna Marini. Une histoire tissée d'amour et de ferveur qu'elle partage, comme un repas pris en commun, avec trois voix amies, trois voix propices.
 

Théâtre des Abbesses, Paris
Le 15/04/2000
Roger TELLART
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Réchauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dans ce " répertoire des mémoires ", la rencontre de la pasionaria du chant traditionnel avec Patrizia Bovi, autre sibylle d'un chant monté des anciens âges, était inscrite dans les étoiles. Ce que vient de concrétiser un événement discographique : la sortie de l'album Cantico della Terra (chez Opus 111), en phase avec le très récent passage du groupe au Théâtre des Abbesses.
    " Cantique de la Terre ", dit le CD, alors que les concerts annonçaient " Cantate ". En fait, il s'agit des deux visages d'un même projet ; ou, plus exactement, d'une connivence entre le vécu d'un chant fondamental issu de la tradition orale et rurale (Giovanna Marini) et le réveil d'un antique savoir médiéval (Patrizia Bovi). En tout cas, sur la scène des Abbesses, une oeuvre tout à fait inclassable vibrait : cette Cantate Sibémol (en un seul mot), fruit d'un " vrai désir d'écriture " de la mamma Marini brûlant de faire entrer l'auditeur dans la magie, ombrée d'humour, d'un espace acoustique hors normes. Un espace qui confronte la vocalité sans apprêts du petit peuple (bergers, pêcheurs, etc.) au travail sur le son écrit, qui participe d'un autre univers : celui de la gamme tempérée de la musique classique, loin des micro-intervalles du canto non apprivoisé de l'Italie profonde.
    Aussi bien, un tel métissage ne cesse pas d'exalter les vieux réflexes identitaires du Mezzogiorno*, à commencer par l' " exception " de la rue napolitaine, obstinément rebelle à toute influence extérieure. Et il y a la personnalité incandescente de Patrizia Bovi qui décline à la fois sa complicité et sa différence, déjà saluée dans tant d'exhumations passionnantes des hautes époques.

    * le Mezzogiorno désigne l'Italie du Sud




    Théâtre des Abbesses, Paris
    Le 15/04/2000
    Roger TELLART



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com